Plein écran
© afp

Kim Kardashian annonce la naissance de son quatrième enfant: "Il est parfait"

La vedette américaine de téléréalité Kim Kardashian West a annoncé vendredi la naissance de son quatrième enfant, un garçon né de mère porteuse, avec le rappeur Kanye West.

La vedette américaine de téléréalité Kim Kardashian West a annoncé vendredi la naissance de son quatrième enfant, un garçon né de mère porteuse, avec le rappeur Kanye West. "Il est arrivé et il est parfait!", a tweeté la Californienne de 38 ans.

C'est le second enfant du couple né par gestation pour autrui, après Chicago, venue au monde en janvier 2018. "C'est le sosie de Chicago!", a tweeté la star de "Keeping Up with the Kardashians", l'émission de téléréalité qui a contribué à la rendre célèbre.

Le prénom pas encore dévoilé
"Je suis certaine qu'il changera beaucoup mais, pour l'instant," a-t-elle ajouté, "il lui ressemble trait pour trait". Le couple a eu deux autres enfants mis au monde par Kim Kardashian West, North, une fille née en juin 2013, et Saint, un garçon né en décembre 2015. Les époux n'ont pas encore annoncé le prénom de leur quatrième enfant.

Kim Kardashian West avait expliqué être sujette au placenta accreta, une anomalie du positionnement du placenta. Ce positionnement peut provoquer une importante hémorragie interne à la naissance.

  1. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaitée. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.