Plein écran
© TTO/Lou Verschueren

La police a besoin de vous pour mener son enquête

Une célèbre pianiste a été tuée de plusieurs coups de ciseaux à la gorge. La police a besoin de vous pour mener son enquête... Voilà le pitch de "Dernier coup de ciseaux", une comédie déjantée jouée au TTO jusqu'au 28 février.

Plein écran
© TTO/Lou Verschueren

Bienvenue dans le salon de coiffure de Romain Canard, implanté du côté de la prestigieuse avenue Louise et se targuant, bien entendu, d'être le meilleur. Romain Canard est un cliché sur pattes: maniéré, en petit short moulant, homosexuel et hystérique. Il travaille avec Réjanne, une écervelée à grosse poitrine. Ce jour-là, parmi les clients: un policier, un producteur de shows télévisés bas de gamme ("Plus Belle La Vie", notamment) et Madame Brioret, femme d'un richissime hommes d'affaire ("Ce n'est peut-être pas un travail mais c'est du boulot", assure-t-elle).

Cette après-midi-là, la célèbre pianiste Isabelle Sersni, propriétaire de l'immeuble et habitant juste au-dessus du salon, est assassinée. Clients et coiffeurs sont tous suspects: ils avaient tous des raisons de lui planter un ciseau dans la gorge mais ils ont aussi tous un alibi.

C'est là que les lumières se rallument. Le public de la pièce "Dernier coup de ciseaux", déjà vue par neuf millions de personnes et adaptée actuellement par l'équipe du TTO, est invité à mener l'enquête. Le capitaine en charge de l'enquête cherche des témoins: qu'a-t-on vu? Qui est coupable? C'est inventif: chaque soir, la pièce se réinvente en fonction des réactions du public et de l'improvisation des acteurs. Ca se vanne dans tous les sens, ça se défend comme au tribunal avec une mauvaise foi crasse hilarante. Même lors de la pause, l'occasion pour le public de délibérer au bar, le spectacle continue sur scène et un spectateur a droit à une coupe de cheveux gratuite.

Plusieurs fins sont donc possible. C'est le public qui choisit son coupable, à main levée et la majorité l'emporte. Petit regret: Nathalie Uffner est peu exploitée en deuxième partie de spectacle. On aurait bien aimé l'entendre râler un peu plus.