Plein écran
Kit Harington © Instagram

La réaction de Kit Harington à la lecture du dernier épisode de Game of Thrones

Nous ne vous révélerons aucun indice sur la fin tant attendue de la célèbre série fantastique. Mais pour ceux qui savent, ces images prendront tout leur sens.

Après huit saisons à suivre les aventures de la famille Stark, les scénaristes ont imaginé une fin qui déchaîne les passions, en particulier pour le gardien de la nuit, Jon Snow, interprété par Kit Harington. 

Dans son documentaire “The Last Watch”, HBO a diffusé les images de la lecture du dernier épisode par toute l’équipe d’acteurs. On y voit Kit Harington découvrir une scène déterminante pour son personnage. Retrouvez ci-dessous les images dans un tweet.

Citation

"J'ai été très choqué et surpris de voir certains événements se dérouler. Après la lecture, j’ai fermé les yeux et j’ai pleuré.”

Kit Harington

L’acteur a confié qu’il avait veillé à ne rien lire à l’avance pour tout découvrir en compagnie de ses collègues. Les scénaristes peuvent être contents du résultat: ils ont fourni de l’émotion à l’un des acteurs principaux de la série. Aussi sensible dans la vie qu’à l’écran, celui qu’on a longtemps surnommé “le bâtard” s’est pris la tête, sous le choc et s’est mis à pleurer.

  1. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaitée. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.