Plein écran
© Standaard Uitgeverij

Le nouvel album de "Bob et Bobette" accusé de racisme

Selon l'écrivaine flamande Dalilla Hermans, le dernier album de Bob et Bobette "Mami Wata" donne une "représentation extrêmement raciste et stéréotypée de l'homme noir". C'est ce qu'elle déplore dans une vidéo sur Facebook et dont la VRT se fait l'écho.

Le week-end dernier, plusieurs médias flamands se sont émus de voir des seins nus dans le dernier album de Bob et Bobette, une grande première pour cette institution dans le nord du pays. Mais selon l'auteure flamande Dalilla Hermans, c'est plutôt la représentation de l'homme noir qui pose un problème dans "Mami Wata", et en particulier dans une case de l'album.

"Je ne comprends pas que personne n'ait été choqué par l'image qui est donnée de l'homme noir, c'est une image très raciste. Avec ces lèvres on dirait presqu'un singe. Cela me fait penser à l'expo '58 et à notre passé colonial. J'ai été très longtemps une fan de Suske & Wiske. Je sais que dans les précédents albums il y a eu aussi des représentations racistes mais étant donné l'époque cela me dérangeait moins. Mais aujourd'hui nous sommes en 2017 et nous ne devons plus accepter cela", explique-t-elle dans une vidéo publiée dimanche matin.

Dallila Hermans a également proposé "à tous ceux qui ont un peu de talent" de lui "envoyer une représentation d'un homme noir qui ne me fasse pas dresser les cheveux sur la tête. Avec ces dessins je prouverai aux Studio Vandersteen qu'il est possible de faire mieux et autrement".

Excuses de l'éditeur
Standaard Uitgeverij, l'éditeur de la bande dessinée, a présenté ses excuses et a déclaré comprendre la réaction de l'auteure originaire du Rwanda. L'éditeur a néanmoins assuré qu'"il n'a jamais été question de choquer qui que ce soit". "Cependant cette réaction se base sur un seul dessin, d'un seul personnage qui n'est qu'un figurant dans l'album. Alors que de très nombreux autres personnages noirs sont représentés. Une bande dessinée est aussi basée sur des caricatures", a défendu la maison d'édition flamande à la rédaction de la VRT.

Standaard Uitgeverij, qui concède un manque de vigilance, précise par ailleurs qu'ils ne s'attendaient pas "à une réaction pour les seins nus".