Plein écran
© AFP

Les parents de Yann Moix se défendent des accusations de maltraitance

Ce mercredi, le dernier ouvrage de Yann Moix “Orléans” paraitra en librairie. Dans ce dernier livre, l’auteur accuse une nouvelle fois ses parents de maltraitance, des propos que son père nie farouchement. 

“Orléans”, le dernier livre de Yann Noix paraitra le 21 août prochain aux éditions Grasset. Dans celui-ci, l’ex-chroniqueur revient sur les mauvais traitements dont il aurait été victime enfant. Déjà dans son ouvrage “Panthéon" sorti en 2006, l’auteur avait accusé ses parents de l’avoir battu plus jeune. Ce dimanche 18 août, il s’est confié face caméra lors de l’émission “7 à 8” sur TF1. 

“Ce que j’ai le plus reçu ce sont des coups de rallonges électriques... C’était toujours dans la disproportion, ma mère me poursuivait dans la cuisine avec des couteaux de boucher et elle me criait ‘je vais te tuer, mon plus beau jour sera quand je serai devant ta tombe’. Jusqu’à mes 36 ans, j’ai gardé le réflexe de lorsque quelqu’un faisait un mouvement brusque à côté de moi, je me protégeais le visage avec les bras et les coudes. Je pense que mon père a dû subir des violences qu’il a répétées mais ce n’était pas du tout le cas de ma mère, elle était une collabo. Elle répétait toutes les bêtises que je pouvais faire à mon père et elle les amplifiait. Il y avait aussi des actes de violence sans aucune raison (...) mon père me barbouillait le visage avec mes excréments. Un soir, j’ai retrouvé dans mon assiette mes excréments alors qu'une jeune fille qui me plaisait était invitée avec ses parents. Tout le monde était dans le déni le plus total quant à la maltraitance dont je faisais l'objet, c’était en quelque sorte la norme à l’époque.”

Le 17 août dernier, le père de l’écrivain a souhaité réagir et a réfuté toutes ces accusations lors d’une interview accordée à La République du Centre. “Je tiens à dire que notre fils n’a jamais été battu”, affirme José Moix. Néanmoins, ce dernier reconnait avoir donné “une bonne paire de claques” à son fils, lorsque celui-ci le “méritait”. Selon ses dires, Yann Moix était un adolescent “difficile”. “Peut-être qu’au fond, si j’avais été moins sévère, il n’en serait pas là où il est aujourd’hui, vu ses fréquentations de l’époque”, se justifie le père de l’écrivain. “J’ai des origines catalanes et j’ai été strict, j’en conviens, mais jamais je n’aurais été capable de faire manger ses excréments à mon fils. Prétendre cela relève de la psychiatrie, ce n’est pas possible!” surenchérit-il. 

Bien loin des propos tenus par son fils, José Moix se décrit comme un père aimant. “S’il avait vraiment été un enfant battu, qu’on ne l’avait jamais aimé sa mère et moi, croyez-vous qu’on lui aurait payé ses études jusqu’à Sciences Po ? (...) On a acheté un appartement à Paris pour qu’il loge le temps de ses études, on a payé son loyer et ses charges jusqu’à au moins ses 30 ans. (...) Aurait-on fait tout ça, s’il n’y avait pas d’amour? (...) S’il y avait bien eu maltraitance, il y aurait forcément eu quelqu’un pour le remarquer, et alerter les services sociaux” déclare-t-il. 

Si aujourd'hui l’écrivain a coupé les ponts avec sa famille, son père affirme néanmoins que sa porte reste ouverte et que son fils peut revenir quand il veut.