Plein écran

Quand les sentiments sont plus destructeurs qu'une balle de 9 mm...

Plein écran

Gabrielle a deux hommes dans sa vie: Martin, son amour de jeunesse devenu policier, et Archibald, son père, voleur d'art. Les deux s'affrontent au quotidien et décident, après des années d'absence, de faire irruption dans la vie de la jeune femme en même temps. Elle va devoir faire un choix.

En tête des ventes
Voilà la nouvelle trame du roman de Guillaume Musso, entré directement en tête des ventes de livres dès sa sortie. L'auteur ne change rien à son style: l'histoire est facile à lire, les personnages immédiatement attachants et on avale l'affaire en une poignée d'heures, sans trop réfléchir mais en s'évadant vraiment.

Les livres de Musso sont écrits pour plaire au plus grand nombre et qu'importe si on ne se trouve pas là devant un momument de littérature. L'auteur n'a pas honte de son succès commercial, que du contraire. Il consacre une page complète en toute fin de roman pour remercier ceux qui sont là depuis ses débuts en fanfare avec Et après...

Sentiments destructeurs
Dans Que serais-je sans toi?, Musso s'intéresse de près à l'amour, qui peut être aussi passionné et agréable quand tout se passe bien que destructeur et douloureux quand l'éloignement est de mise. Ses héros souffrent souvent de solitude, tant ils se protègent de l'amour et ses tourments. "Elle savait que les sentiments étaient souvent plus destructeurs et dangereux qu'une balle d'un 9 mm ou que la lame tranchante d'un sabre", écrit-il à propos de l'une des femmes de son histoire. Ca résume bien l'affaire.

Un roman moderne
Que serais-je sans toi? est un roman moderne. Dans l'histoire en elle-même d'abord puisque Musso se plait à donner des références de temps. Ainsi, quand son personnage parle de films récents qu'il a vus, l'auteur, grand fan de cinéma devant l'éternel, cite Into the wild, Two Lovers, La nuit nous appartient.

Modernité au programme dans le style également, puisqu'il se fait un malin plaisir de commencer (mais c'est une habitude) tous ses chapitres par une citation, qu'elle soit de Stephen King, extraites d'une chanson de Jacques Dutronc ou encore de Serge Gainsbourg, et qu'il change d'écriture selon ce qu'il raconte. La restranscription d'un sms s'inscrit différement au milieu de la page, comme si c'est nous finalement qui l'avions reçu. Un stratagème qui permet de tenir le lecteur en éveil.

Une formule connue
Un livre plaisant donc, même si la formule commence un peu à être connue, puisqu'il verse, comme dans tous ses romans, une petite louche de surnaturel sur son histoire. Si l'astuce est vraiment joliment amenée cette fois-ci, on espère que Guillaume Musso arrivera à surprendre un peu plus à l'avenir, avant de lasser ses admirateurs.

Dé.L.