Plein écran
© Photo News

William traitait Kate “comme une domestique” au début de leur relation

Le prince William est décrit comme “obstiné” et “présence écrasante” par Andrew Morton, auteur de nombreuses biographies de célébrités, dont celle de la princesse Diana, qui lui avait dicté ses mémoires. 

Depuis le mois d’avril, l’affaire fait grand bruit en Angleterre. Une rumeur court selon laquelle le prince William aurait trompé sa femme avec l’une de ses meilleures amies alors qu’elle était enceinte de leur troisième enfant. 

Alors que le couple se montrait solide et intouchable, le voilà dépeint comme fragile. Nombreux sont les proches de William et Kate à sortir du silence pour faire de manière anonyme d’étonnantes révélations aux médias britanniques. 

Une courte séparation en 2007

On l’a quelque peu oublié, mais Kate et William ont connu un trou d’air dans leur relation en 2007. Une séparation qui a provoqué de la tristesse chez certains de leurs proches, mais aussi un soulagement pour d’autres... “La majorité des amis de Catherine se sont dits ‘Dieu merci, c’est terminé’. Ils l’ont regardée pendant des années, elle qui avait étudié Lewis Carroll, disparaître progressivement dans le terrier royal du lapin, aux pays des merveilles du château de Windsor”, assure le biographe royal Andrew Morton cité par le Daily Mirror. 

Il a décrit alors William comme étant parfois “obstiné” au début de sa relation avec Kate, mais aussi une “présence écrasante” qui la prenait “pour acquise” et la traiterait comme une “domestique plutôt que comme sa petite amie”, ajoute l’auteur du livre William and Catherine. 

  1. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaitée. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.