Plein écran
Eric Boschman est en tournée dans toute la Belgique avec son spectacle "L’Âge de bière". © SERGE ANTON

Eric Boschman nous emmène à “L’Âge de bière” dans son dernier spectacle

rencontreAprès son “wine man show", son tout premier spectacle consacré au vin qui a cartonné et qu’il continue à jouer un peu partout en Belgique, Eric Boschman s’attaque désormais à la bière. Une boisson bien de chez nous qui comporte de nombreuses spécificités souvent ignorées. Rencontre avec un homme passionné par son sujet, et passionnant. 

S'il n’a pas la “prétention” de se dire “incollable” sur le sujet, Eric Boschman s'y connaît bien en bière. Écrivain, homme de médias, mais aussi homme de scène, il est avant tout un sommelier reconnu. Après avoir évoqué le vin dans son premier spectacle, c’est donc tout naturellement qu'il s’est tourné vers cette boisson bien de chez nous pour le second. “La bière est plus facile que le vin car il s’agit d’une recette, et non pas d’une interprétation. Et puis elle fait partie de mon cursus de base. Dans sa définition, un sommelier se doit de s’intéresser à tout ce qui est liquide et que l’on sert au cours d’un repas: de l’eau au thé en passant par le café, etc. Y compris les cigares. Mais je ne ferai pas de spectacle sur le cigare!”

Si la bière est véritablement ancrée dans la culture de notre pays, peu de Belges connaissent pourtant tous ses secrets. “J’ai le sentiment que les Belges s’y connaissent à peu près aussi bien en bière que les Français en vin, c’est-à-dire qu'ils n’y connaissent rien”, explique Eric Boschman. On vit sur quelques préjugés certes charmants, selon lesquels nous ferions les meilleures bières du monde ou que nous serions tous des experts pare que nés en Belgique, mais ce n’est pas vrai. C’est pour ça que je trouvais cette idée de départ assez chouette pour un spectacle”.

Habillé en moine, Eric Boschman nous conte les spécificités de la bière et ses nombreuses histoires, mêlant délires verbaux, jeux de mots et même allusions à la politique. “J’ai la prétention d'être un genre à moi tout seul. Je fais du stand up didactique. C’est un vrai partage de connaissance. Je ne raconte pas une vie inventée, je n’enchaîne pas les vannes les unes derrière les autres. Je raconte simplement une histoire”.

Le spectacle ne s’adresse toutefois pas qu’aux initiés... au contraire. “C’est un spectacle surtout pour ceux qui n’aiment pas la bière. Il va leur apprendre à l’aimer. La bière possède une richesse, une palette aromatique que l’on connaît mal et qui vaut la peine d’être découverte”, explique Eric Boschman. 

Durant le spectacle, le public a également la possibilité de goûter trois bières typiquement belges: une gueuze, une triple et une saison. “Au total, ils goûtent 20 cl pour pouvoir reprendre le volant après sans avoir de problème. L’idée c’est pas d’être torché”. Un spectacle à voir - et à boire - sans modération. 

Les prochaines dates de “L’Âge de bière” auront lieu le 2 novembre à Mons, le 9 novembre à Visé, le 11 novembre à Waremme, le 16 novembre à Chimay, le 12 décembre à Leuze-en-Hainaut, les 20 et 21 décembre à Liège et le 20 mars à Verlaine. Infos et réservations sur le site d’Eric Boschman.

Plein écran
© SERGE ANTON

Du restaurant à la scène

Meilleur maître d’hôtel de Belgique et meilleur sommelier de Belgique en 1988, finaliste et demi-finaliste aux championnats d’Europe et du Monde de sommellerie, titulaire de nombreuses distinctions, et aujourd'hui homme de scène: Eric Boschman multiplie les casquettes. Un parcours qui peut sembler atypique et qui, pourtant, lui semble aujourd'hui tout naturel. “La scène, c’est la came la plus pure que je connaisse”, lance-t-il. “Je n'étais pas du tout destiné à la scène au départ, mais avec le temps je me suis rendu compte qu’un restaurant c’est comme un théâtre. Pour moi, la transition était facile”.

“J’aime ce que je fais. J’ai un gros souci avec la routine, et je n’ai jamais eu de plan de carrière précis. Je suis simplement très heureux de pouvoir faire ça. Ces spectacles m’apportent vraiment beaucoup de bonheur”.

  1. Des centaines de personnes devant le parlement flamand contre les coupes imposées à la culture
    Play
    mise à jour

    Des centaines de personnes devant le parlement flamand contre les coupes imposées à la culture

    Plusieurs centaines de personnes manifestaient jeudi matin devant le parlement flamand où le ministre-président Jan Jambon (N-VA), en charge de la Culture, venait détailler les lourdes économies qu'il entend imposer au secteur. L’atmosphère était particulièrement tendue dans l’enceinte, où les partis de la majorité (N-VA, CD&V, Open Vld) se sont montrés divisés. M. Jambon a invité le secteur culturel à avancer lui-même une proposition d’économies. “Je veux débattre d’une meilleure répartition” des efforts, a-t-il affirmé. Mais il a maintenu l’ampleur des coupes budgétaires annoncées, dont il assure qu’elles touchent de la même manière d’autres secteurs subsidiés. “Les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel”, a lancé le nationaliste flamand.
  2. Il attaque Madonna en justice parce que son concert commence trop tard

    Il attaque Madonna en justice parce que son concert commence trop tard

    Madonna est poursuivie en justice par l’un de ses admirateurs parce qu’elle débute ses concerts trop tard. Nate Hollander, un fan installé en Floride, a introduit une plainte il y a quelque jours. Il regrette que la tournée Madame X commence à 22h30 au lieu de 20h30 comme c’était prévu initialement. Pour lui, c’est ni plus ni moins “une rupture de contrat entre la chanteuse et l’acheteur de billets”.
  3. Elie Semoun à nouveau célibataire: “Après un échec sentimental, c’est comme si le monde s’écroule”

    Elie Semoun à nouveau célibatai­re: “Après un échec sentimen­tal, c’est comme si le monde s’écroule”

    Elie Semoun (56 ans) avait plutôt bonne mine lorsque nous l’avons rencontré à Bruxelles. “Normal, nous confie l’humoriste, je reviens de Marrakech. Je me suis offert un break pour me remettre de ma rupture, pour sécher mes larmes au soleil. J’en avais besoin, je n’en pouvais plus.” Mais les vacances ne sont pas éternelles... De retour chez nous, Elie Semoun a donc décidé de se plonger dans le travail pour oublier ses peines de cœur. Le 6 mai prochain, il présentera son nouveau one-man-show, “Elie Semoun et ses monstres” au W:Halll à Bruxelles.