Le festival d'Avignon est annulé

Mise à jourLe Festival d'Avignon, la plus célèbre manifestation théâtrale au monde, prévu du 3 au 23 juillet, a été annulé en raison de la crise sanitaire du coronavirus, ont indiqué lundi les organisateurs.

Plein écran
© AFP

“Les conditions ne sont plus aujourd’hui réunies pour que se déroule la 74e édition”, écrivent-ils dans un communiqué, après avoir “pris acte des déclarations du président de la République”. Emmanuel Macron a expliqué lundi soir que les festivals ne pourraient se tenir avant, au moins, la mi-juillet.

“La situation impose un autre scénario”

“Nous avons partagé l’espoir aussi longtemps que cela était permis, mais la situation impose un autre scénario. Notre devoir est désormais de préserver et d’inventer l’avenir du Festival d’Avignon”, développent Olivier Py, directeur du festival, et Paul Rondin directeur délégué.

Avignon, capitale mondiale du théâtre

La Cité des Papes devient d’ordinaire chaque juillet la “capitale du théâtre”, attirant 700.000 visiteurs. Il y a le Festival principal, dit le “in” mais surtout le “off”, encore plus grand (plus de 1.500 spectacles, par un millier de compagnies dans 200 théâtres de la ville).

100 millions d’euros de retombées économiques

Les retombées économiques pour Avignon sont de l’ordre de 100 millions d’euros, selon les estimations, dont 25 millions générés par le “in”. Une annulation s’annonce catastrophique pour des milliers d’artistes et de techniciens, dont de nombreux intermittents. Depuis sa création en 1947, le Festival n’a été annulé qu’une fois, en 2003, en plein conflit des intermittents.

  1. L’Eden à Charleroi pousse un coup de gueule contre le gouvernement fédéral

    L’Eden à Charleroi pousse un coup de gueule contre le gouverne­ment fédéral

    L’image a fait le tour du monde. Les soignants de l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles ont tourné le dos à la voiture de la Première Ministre, Sophie Wilmès (MR), lors de son arrivée sur leur lieu de travail. La contestation a débouché sur la suspension de deux arrêtés royaux contestés. Mais le milieu hospitalier n’est pas le seul à en vouloir au gouvernement fédéral. Celui de la culture aussi.