Plein écran
© DR

Le western totalement à l’ouest d’Artus

RencontreArtus vous invite à le suivre à Davidéjonatown, un patelin perdu du Far West où les habitants doivent choisir leur nouveau shérif en opposant les candidats dans des duels à mort. Une première pièce de théâtre complètement loufoque pour l’humoriste, qui rêvait de mettre ce projet sur pied depuis très longtemps. 

Après l’humour et la danse, Artus se lance au théâtre avec “Duels à Davidéjonatown”, une pièce haute en couleur qui emmène les spectateurs au Far Wast. Un thème original, mais surtout un rêve d’enfant pour l’humoriste. “J’avais envie de parodier les westerns que je regardais étant jeune. Et j’avais aussi envie de faire un beau spectacle avec des décors, des costumes, et d’emmener les gens un peu ailleurs”. 

La pièce offre une immersion complète dans l'univers du Farwest, grâce à un décor et des costumes léchés. “Le but, c’est d’emmener les gens dans notre univers, qu’ils puissent se dire, dès l’ouverture du rideau: ‘Putain, ça claque!’”, nous confie Artus. Mais ce décor permet également aux acteurs d'improviser davantage. “Avec un beau décor et de beaux costumes, on peut sortir plus facilement de la pièce et s’amuser, parce que derrière, le cadre est là”. 

Chaque représentation de “Duels à Davidéjonatown” est donc différente... et part dans tous les sens, comme l’indique son titre. “Il y a de l’humour noir, de l’humour absurde... Toutes les sortes d'humour qui me plaisent et m’amusent. Donc si on ne comprend déjà pas la blague du titre, on risque d’être largué”.

Un soin particulier a été apporté au décor et aux costumes.
Plein écran
Un soin particulier a été apporté au décor et aux costumes. © DR

Pour ce spectacle, qu’il viendra présenter chez nous en avril, Artus s’est entouré de  Julien Schmidt, Greg Romano, Céline Groussard et Sébastien Chartier, des amis qui le suivent dans sa folie sur scène, et qui interprètent tous plusieurs rôles. “Je voulais raconter une grosse épopée, mais c'était compliqué d’avoir 12 comédiens sur scène, pour des questions de budget et de mise en place. J’ai donc pris des comédiens assez talentueux pour leur faire jouer plusieurs rôles. Et finalement je trouve ça chouette que les acteurs rentrent et sortent de scène, que les gens voient que ce sont les mêmes comédiens, mais d’autres personnages. Ça donne un petit côté ‘troupe’ que j’aime beaucoup”. 

Une petite troupe et une ambiance qui rappellent un peu les émissions d’Arthur -auxquelles Artus est abonné - et qu’il apprécie beaucoup, après des années à être seul sur scène. “Après quatre ans de one-man-show, j’avais envie de jouer avec des copains. Ça part vraiment d'une envie de partager ça avec des gens que j’apprécie”.

“Duels à Davidéjonatown”, le 2 avril au Théâtre Royal de Mons, le 3 avril au Palais des Beaux Arts de Charleroi, le 4 avril au Cirque Royal de Bruxelles et le 5 avril 2020 à l’Aula Magna à Louvain-la-Neuve. Infos et réservations sur Ticketmaster.be.

Plein écran
© DR
  1. Myriam Leroy: “Je suis née d’un donneur de sperme anonyme”
    Interview

    Myriam Leroy: “Je suis née d’un donneur de sperme anonyme”

    Il y a trois ans, Myriam Leroy tombe malade. Elle devient sourde d’une oreille, sa vue se met à baisser subitement, des œdèmes apparaissent sur son visage et personne ne semble être capable de diagnostiquer le mal qui la ronge. Ses parents espèrent pouvoir la délivrer en lui confiant un lourd secret de famille. Un secret qu’ils auraient préféré emmener dans leur tombe. Myriam Leroy est née d’un donneur de sperme anonyme. En découvrant cette nouvelle, la romancière, chroniqueuse et journaliste, décide de partir à la rencontre d’enfants, devenus adultes aujourd’hui, nés grâce à la procréation médicalement assistée. Elle a décidé de raconter leur histoire, sur scène, grâce à une pièce documentaire, intitulée “ADN”, qui sera jouée jusqu’au 16 avril prochain au Théâtre de la Toison d’Or.
  2. Coronavirus: le point sur tous les spectacles et concerts à Charleroi
    Mise à jour

    Coronavi­rus: le point sur tous les spectacles et concerts à Charleroi

    Ce mardi 10 mars, le gouvernement fédéral a recommandé aux différentes entités qui composent le pays de prendre de nouvelles mesures contre la propagation du coronavirus. Par exemple, les rassemblements de plus de 1.000 personnes dans des milieux confinés sont déconseillés. Le bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette, a suivi la recommandation à la lettre et a délivré une ordonnance pour sa ville.