Plein écran
© Photo News

Tom Villa: “Je ne n’encombre pas à travailler avec des gens que je n’aime pas”

rencontreEntre son rôle dans la série “Munch”, ses participations à “Touche pas à mon poste” et “Vivement dimanche”, et l’écriture, Tom Villa monte sur scène avec son premier spectacle, “Les nommés sont...”, qu’il présentera au public belge le 3 avril prochain dans le cadre du LOL Festival à Mons.

Dans ce spectacle, qui se présente sous la forme d'une remise de prix, l’humoriste aborde de nombreux thèmes allant des réseaux sociaux aux gilets jaunes en passant par l’écologie. “Je décerne le prix du meilleur décor, qui est décerné à l’Australie, mais avant les feux de forêt. Le but, c’est de rigoler tout en abordant de grands thèmes, comme ici l’écologie et le réchauffement climatique”, nous explique Tom Villa. 

“Entre 60 à 70% des thèmes sont dans l’air du temps et le reste c’est de l’actu, qui peut donc bouger d'une représentation à l’autre”, ajoute-t-il. “Ça me permet d’actualiser le spectacle tout en gardant une base solide et fixe”. 

Quant au thème de la cérémonie, il s’est imposé naturellement pour l’humoriste, qui avait collaboré à l’écriture de la 42e cérémonie des César présentée par Jérôme Commandeur en 2017. “Je n’avais pas envie de faire un stand-up traditionnel, de prendre mon micro et de rester 1h20 sur scène. Avec la cérémonie, il y a des catégories, il y a des jingles, et ça permet de rythmer le spectacle”. 

“Je suis libre partout”

Si le grand public l’ignore, Tom Villa travaille également beaucoup dans l’ombre. Après avoir commencé avec Jérôme Commandeur pour ses chroniques sur Europe 1, il a également collaboré avec Jeff Panacloc, Thierry Ardisson ou encore Michel Drucker. Des expériences qu'il chérit particulièrement: “Je suis libre partout et je ne n’encombre pas à travailler avec des gens que je n’aime pas, que ce soit artistiquement ou humainement”, confie-t-il. “Et je suis surtout très heureux de bosser avec des gens qui ont un talent que je n’ai pas”. 

Entre la radio, la télévision et la scène, Tom Villa ne parvient pas à choisir. Mais il apprécie particulièrement les moments où il se retrouve face à son public. “J’aime tout, mais j’adore voir les gens en vrai. Je ne veux pas les décevoir. Généralement, ils ne viennent te voir qu'une fois, alors le but c’est de ne pas les arnaquer. Il faut qu'ils ressortent de là contents. Ils te consacrent leur soirée, ils ont payés pour venir, alors il faut être là et il faut qu’ils passent un super moment”. 

Tom Villa sera le 3 avril au Lotto Mons Expo dans le cadre du LOL Festival. Infos et réservations ici.

"Les nommés sont...", le premier one-man-show de Tom Villa.
Plein écran
"Les nommés sont...", le premier one-man-show de Tom Villa. © DR
  1. Myriam Leroy: “Je suis née d’un donneur de sperme anonyme”
    Interview

    Myriam Leroy: “Je suis née d’un donneur de sperme anonyme”

    Il y a trois ans, Myriam Leroy tombe malade. Elle devient sourde d’une oreille, sa vue se met à baisser subitement, des œdèmes apparaissent sur son visage et personne ne semble être capable de diagnostiquer le mal qui la ronge. Ses parents espèrent pouvoir la délivrer en lui confiant un lourd secret de famille. Un secret qu’ils auraient préféré emmener dans leur tombe. Myriam Leroy est née d’un donneur de sperme anonyme. En découvrant cette nouvelle, la romancière, chroniqueuse et journaliste, décide de partir à la rencontre d’enfants, devenus adultes aujourd’hui, nés grâce à la procréation médicalement assistée. Elle a décidé de raconter leur histoire, sur scène, grâce à une pièce documentaire, intitulée “ADN”, qui sera jouée jusqu’au 16 avril prochain au Théâtre de la Toison d’Or.
  2. Coronavirus: le point sur tous les spectacles et concerts à Charleroi
    Mise à jour

    Coronavi­rus: le point sur tous les spectacles et concerts à Charleroi

    Ce mardi 10 mars, le gouvernement fédéral a recommandé aux différentes entités qui composent le pays de prendre de nouvelles mesures contre la propagation du coronavirus. Par exemple, les rassemblements de plus de 1.000 personnes dans des milieux confinés sont déconseillés. Le bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette, a suivi la recommandation à la lettre et a délivré une ordonnance pour sa ville.