Plein écran
© BELGA

Tomorrowland et Rock Werchter seront probablement annulés

CoronavirusLe Conseil national de sécurité (CNS) formalisera probablement très bientôt l'annulation des grands festivals d'été - dont Tomorrowland et Rock Werchter - telle que demandée par les bourgmestres des communes concernées, a indiqué lundi le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem, sur les ondes de La Première (RTBF).

Les bourgmestres de Boom et d'Artselaar - pour le festival de musique électronique Tomorrowland - et de Werchter - pour Rock Werchter - ont fait savoir qu'à leurs yeux, ces événements d'ampleur mondiale ne pourraient pas être organisés cette année en raison de la crise du coronavirus.

"Les bourgmestres attendent une décision du CNS pour clarifier la situation. Selon eux, ces festivals ne pourront pas avoir lieu. La décision devra être formalisée par le CNS au plus vite, mais oui malheureusement, il faut s'attendre à une annulation", a commenté M. De Crem.

Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs tenu à remercier la population belge pour le respect des mesures de confinement ce week-end, alors que le soleil et la température élevée avaient fait craindre des regroupements non autorisés.

"Il n'y a eu que très peu de déplacements sur le territoire en voiture: les gens ne se sont pas déplacés vers leur deuxième résidence, par exemple en Ardennes ou à la Côte. Mais de temps en temps, dans des lieux publics - des 'hotspots' comme on les appelle -, la police a dû intervenir pour faire respecter la distanciation pour des gens qui s'étaient regroupés." La police peut verbaliser. La possibilité d'infliger une sanction administrative de 250 euros avec perception immédiate doit paraître sous peu au Moniteur, après le règlement ce samedi par le gouvernement d'un problème légal.

  1. L’Eden à Charleroi pousse un coup de gueule contre le gouvernement fédéral

    L’Eden à Charleroi pousse un coup de gueule contre le gouverne­ment fédéral

    L’image a fait le tour du monde. Les soignants de l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles ont tourné le dos à la voiture de la Première Ministre, Sophie Wilmès (MR), lors de son arrivée sur leur lieu de travail. La contestation a débouché sur la suspension de deux arrêtés royaux contestés. Mais le milieu hospitalier n’est pas le seul à en vouloir au gouvernement fédéral. Celui de la culture aussi.