Un gratte-ciel et 600.000 euros récoltés: le set caritatif “exceptionnel” de David Guetta

Depuis un gratte-ciel de Miami, où il est actuellement confiné, David Guetta a livré un set singulier destiné à récolter des fonds au profit de la lutte contre le coronavirus. Pari tenu. 600.000 euros seront reversés à quatre associations. 

Habitué à mixer devant des foules immenses, David Guetta a livré une performance unique depuis le toit d’un gratte-ciel de Miami, samedi dernier. Seuls quelques chanceux voisins ont eu la chance de vivre l'événement en live, les autres ont pris place devant leurs écrans pour suivre la prestation.  Retransmis sur plusieurs réseaux sociaux, le set a attiré plus d'un million d'internautes. 

David Guetta livre un set depuis un gratte-ciel de Miami
Plein écran
David Guetta livre un set depuis un gratte-ciel de Miami © Youtube

Main sur le cœur, et gantée sur les platines, le producteur français a “rajouté 1 euro pour tout euro versé”. Le concert caritatif a permis de récolter plus de 600.000 euros qui seront partagés entre différentes associations: : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Feeding South Florida, la Feeding America et la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France​.

“La vie m’a beaucoup donné”

“La vie m’a beaucoup donné, mais je n’ai peut-être pas assez rendu. Alors j’ai eu envie de monter ce projet pour récolter des fonds pour différents organismes français et américains”, avait confié l'artiste au Parisien en amont de l’événement. 

“Merci infiniment David Guetta pour ce live caritatif exceptionnel. Nous sommes très reconnaissants pour ce précieux soutien envers les soignants”, s’est réjouie la Fondation Hôpitaux sur Twitter.

  1. L’Eden à Charleroi pousse un coup de gueule contre le gouvernement fédéral

    L’Eden à Charleroi pousse un coup de gueule contre le gouverne­ment fédéral

    L’image a fait le tour du monde. Les soignants de l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles ont tourné le dos à la voiture de la Première Ministre, Sophie Wilmès (MR), lors de son arrivée sur leur lieu de travail. La contestation a débouché sur la suspension de deux arrêtés royaux contestés. Mais le milieu hospitalier n’est pas le seul à en vouloir au gouvernement fédéral. Celui de la culture aussi.