Plein écran
© getty

Goffin battu mais ovationné par le public du Chatrier: "Je méritais mieux"

7sur7 à RGDes défaites peuvent-elles servir de référence pour la suite de la carrière d'un joueur? Pas sûr, mais la prestation de David Goffin contre Novak Djokovic mérite vraiment toutes les louanges. Irrésistible par moments, le Belge s'est incliné avec tous les honneurs contre le numéro un mondial (7-6 6-4 7-5). Déséquilibré sur papier, le duel entre les deux joueurs s'est finalement joué sur quelques points-clé, dont la plupart ont été remportés par le Serbe. Celui qui s'était révélé au grand public en atteignant les huitièmes de finale l'année dernière a conquis tout le stade Philippe Chatrier et a reçu une superbe ovation (largement méritée). En effet, notre compatriote a fait plus que jeu égal par moments avec "Nole", qui a fait parler son expérience quand il le fallait. Même s'il y a la défaite au bout, il faut saluer la prestation de Goffin ce soir.

Plein écran
© getty
Plein écran
© photo_news
 
Certes, il y a la défaite au bout du compte mais Goffin a largement mérité la superbe ovation que lui a réservée le Chatrier.
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© getty
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© afp

"J'ai fait un bon match. Je crois que je méritais mieux. Ce furent trois sets vraiment serrés. Le premier se joue à un ou deux points, et au deuxième je mène 40-0 à 4-4. (...) Novak a lui été très solide sur ses jeux de service. Mais dans l'ensemble, c'est un bon match", a-t-il réagi en conférence de presse.

Manque de confiance, disait-on?
En débarquant à la Porte d'Auteuil, David Goffin savait qu'il serait attendu au tournant. Révélation de l'édition précédente, le Liégeois a eu beaucoup de mal depuis le début de l'année à confirmer tout le bien qu'on pense de lui. "C'est normal car il est toujours en cours de formation", nous confiait Didier Jacquet, qui ne le voit pas arriver à maturité avant 2014. Irrégulier dans ses performances, il restait d'ailleurs sur une défaite décevante contre le Slovène Zimlja à Düsseldorf la semaine passée.

Et pourtant, la nouvelle coqueluche du tennis belge ne laissait rien transparaître de ce déficit de confiance en début de match. Peu impressionné par un Court Chatrier qu'il découvrait, il lâchait ses coups sans complexe et tenait la distance avec Djoko du fond de court. Son service, son talon d'Achille les derniers mois, faisait des ravages: 10 points gagnés sur 10 sur sa mise en jeu depuis l'entame de match et 4 jeux blanc dans le premier set. Equilibrée jusqu'à 5-5 dans le jeu décisif, la partie basculait lorsque le cri d'un "spectateur" (ndlr. il faut bien l'appeler comme ça) perturba David lors d'un deuxième service. Résultat des courses: double-faute et Djoko qui conclut sur son service.

Trois balles de break manquées
Malgré un break de retard dans le deuxième, Goffin restait dans le sillage de "Djoker". Mieux: il "débreakait" sur un jeu blanc pour égaliser à 4 jeux partout. Les spectateurs donnaient de la voix et scandaient le nom de David depuis les gradins. Alors qu'il se procurait trois balles de 5-4 sur son service, le chouchou du public ne parvenait pas à en convertir une seule. "Nole" avait le break en poche et ne loupait pas l'aubaine sur son service: 6-4. La messe était dite, quoi que...

Fidèle à sa combativité à toute épreuve, Goffin refusait de déposer les armes dans le troisième. A 3-2, il s'offrait même une balle de break mais Djokovic "serrait" le jeu à ce moment-clé du match, en sortant quelques grosses premières balles de service. Le Serbe finissait par émerger logiquement dans la troisième manche (7-5).

Un match référence pour l'avenir
Qu'à cela ne tienne, le pur produit de l'AFT a toutes les raisons d'être fier de son match et cela ne peut que lui être bénéfique pour le futur. Peu de joueurs peuvent se targuer d'avoir pu mettre "Djoko" à trois mètres de la balle sur certains points, il faut le dire. Certes, il y a la défaite au bout du compte mais Goffin a largement mérité la superbe ovation que lui a réservée le Chatrier. Chapeau bas!



Plein écran
© ap
Plein écran
© getty