Plein écran
De 2016 à 2018, les prévenus mettaient en vente sur le site d'enchère en ligne eBay des articles qu'ils n'avaient pas l'intention d'envoyer aux acheteurs malgré les paiements effectués. © afp

Arnaques en famille sur eBay

JodoigneLe tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mardi par défaut Kevin M., un habitant de Jodoigne âgé de 27 ans, à trente mois de prison ferme. Sa compagne et la mère de celle-ci, qui ne s'étaient pas non plus présentées à l'audience, écopent de peine de huit et six mois de prison assorties d'un sursis. De 2016 à 2018, les prévenus mettaient en vente sur le site d'enchère en ligne eBay des articles qu'ils n'avaient pas l'intention d'envoyer aux acheteurs malgré les paiements effectués. Le Jodoignois est en état récidive après des condamnations déjà encourues pour le même type de faits.

Il a en effet été condamné à Liège (deux ans avec sursis) et à Bruxelles (un an) en 2015, toujours pour des escroqueries. Et à l'audience du mois de mars, alors qu'il faisait défaut, la substitut avait indiqué que le prévenu semblait avoir à nouveau repris ses activités criminelles, aidé cette fois par d'autres membres de sa belle-famille.

Le jeune homme pensait qu'on ne pouvait "rien faire contre lui"
Pour le dossier que le tribunal devait examiner, une demi-douzaine de victimes se sont présentées devant la justice nivelloise: elles avaient payé chacune quelques dizaines d'euros pour obtenir, au terme de transactions sur eBay, des articles qui ne leur sont jamais parvenus.

Convoqué à plusieurs reprises par la police pour être entendu, Kevin M. n'a pas répondu à ces convocations. Et lorsqu'il a enfin été auditionné, il a précisé aux agents qu'on ne pouvait de toute façon "rien faire contre lui". Le jugement rendu mardi montre qu'il avait manifestement tort.

  1. Les données personnelles de 49 millions "d'influenceurs" sur Instagram en accès libre sur internet

    Les données personnel­les de 49 millions "d'influen­ceurs" sur Instagram en accès libre sur internet

    Facebook a une nouvelle fois montré ses faiblesses en matière de protection des données personnelles de ses utilisateurs. Instagram, détenu par l’entreprise américaine, tentait ce 20 mai de comprendre comment les informations privées de plus de 49 millions d’usagers “influenceurs” du réseau de partage de photos avaient pu figurer dans une base de données non sécurisée.