Plein écran
© Capture d'écran

"Carolofornie", Charleroi à travers les yeux des Carolos

Souvent décriée, la ville de Charleroi doit sans cesse trouver la parade pour faire mentir une réputation qui lui colle à la peau. Les Carolos vivent cet opprobre au jour le jour, redoublent d'énergie pour rétablir l'optimisme et défendre leur région mais manquent parfois de moyens pour agir. "Carolofornie.be" tente de renverser quelque peu l'image négative du Pays noir dans l'inconscient collectif...

Carolofornie, le terme n'est pas innocent et renvoie aux heures de gloire d'une ville autrefois symbole de richesse, de réussite et d'abondance. C'est aussi le surnom découvert par Brieuc Barthélemy au hasard d'une rencontre en région namuroise. Un ancien habitué lui confia en effet un jour combien Charleroi, rebaptisée Carolofornie, le faisait rêver dans les années 50-60, quand la ville regorgeait de nouveautés, d'amusement et de dynamisme, quand une atmosphère "californienne" planait encore au-dessus de la métropole wallonne. Les temps ont bien changé...

A l'heure où Charleroi, en pleine reconstruction, subit les attaques sur tous les fronts, l'espoir de ses habitants ne faiblit pas autant que l'on pourrait le croire. Brieuc fait partie de ceux qui y sont nés, qui y habitent et qui ne peuvent s'empêcher d'aimer leur ville, "bien loin du 'no man's land' auquel tout le monde pense", confie-t-il par ailleurs. Montrer la ville à travers l'objectif des Carolos de toujours ou des touristes d'un jour pour revigorer les lieux d'un peu d'amour et de sympathie: telle est sa mission.

Comment ça marche?
Il suffit de tweeter ou d'instagrammer une photo accompagnée du hashtag #Charleroi, #Carolo voire #Carolofornie dans un périmètre de cinq kilomètres autour du coeur de la ville. Les administrateurs de Carolofornie recueillent alors les clichés et publient leur sélection sur le "mur". Le site rassemble ainsi un patchfork de regards sur la ville, loin de la vision stéréotypée à tendance depressive. Aucun risque d'atteinte à la vie privée, toutes les photos proviennent de comptes publics uniquement.

L'initiative a été mise en ligne vendredi et commence à faire parler d'elle sur les réseaux sociaux et dans la presse. Un message d'espoir et d'optimisme pour tous les Carolos amoureux de leur ville.

Brieuc Barthélemy, développeur web, formateur et professeur dans sa discipline, est né à Charleroi et vit toujours aujourd'hui dans sa région d'origine.

  1. Les données personnelles de 49 millions "d'influenceurs" sur Instagram en accès libre sur internet

    Les données personnel­les de 49 millions "d'influen­ceurs" sur Instagram en accès libre sur internet

    Facebook a une nouvelle fois montré ses faiblesses en matière de protection des données personnelles de ses utilisateurs. Instagram, détenu par l’entreprise américaine, tentait ce 20 mai de comprendre comment les informations privées de plus de 49 millions d’usagers “influenceurs” du réseau de partage de photos avaient pu figurer dans une base de données non sécurisée.