Plein écran
© AFP

Crise financière et concurrence: Netflix bientôt sur le déclin?

Plusieurs facteurs obligent Netflix à traverser une petite crise économique, rapporte Forbes.

Netflix a beau être le leader mondial de service d’abonnement permettant la diffusion de films et séries TV, les derniers temps sont difficiles pour la multinationale. Son action en bourse a récemment chuté de 15%, principalement à cause d’un ralentissement du nombre d’abonnés. Pourtant, la firme dépense de plus en plus d’argent pour booster ses abonnements. La stratégie n’est pas efficace, et les conséquences sont visibles sur les finances.

Autre raison: la féroce concurrence qui débarque pour contrarier le règne de Netflix sur le marché. Disney+, Amazon Prime Video, NBC Universal, Time Warmer, HBO et d’autres posent des soucis à la plateforme, et notamment en termes de prix de l’abonnement. La hausse récente des mensualités pour s’abonner à Netflix pourrait être annulée, au risque de voir les nouveaux venus aller chez les concurrents moins chers.

Qu’il décide de garder les prix actuels ou de les baisser, Netflix est dans une situation inconfortable. Récemment, la célèbre société américaine a également beaucoup dépensé pour développer son contenu original, notamment en engageant des auteurs de renom. Benioff et Weiss, les deux scnénariste de Game of Thrones, ont été embauchés contre la somme de 200 millions de dollars.

Bref, la dette totale de Netflix est estimée à 14 milliards de dollars, et elle pourrait encore s’accroître prochainement.

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.
  2. Un quartier semi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Un quartier se­mi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Fin décembre de l’année dernière, la Ville de Charleroi s’était accordée pour offrir l’accès à un Wi-Fi urbain gratuit à ses concitoyens et visiteurs. Ce projet qui doit être finalisé cette année a un coût d’environ un million d’euros. Lundi soir, les autorités communales se sont engagées davantage encore sur la voie de la technologie. Leur aspiration est que Charleroi devienne une Smart City à l’horizon 2024 c’est-à-dire une ville où l’utilisation des technologies digitales et de télécommunication est rendue plus efficace pour ses habitants et son business local.