Des Carolos frustrés par un concours SNCB

Les navetteurs en direction de la capitale l'ont certainement remarqué: la gare de Nivelles a provisoirement changé de nom et curieusement été rebaptisée "Tarte-al-djote". Si l'hommage à la spécialité nivelloise fait sourire, le concours de la SNCB, à l'origine de l'initiative, a également généré quelques frustrations du côté de Charleroi. Explications.

Dévoilé jeudi passé, le panneau de la gare de Nivelles rend désormais hommage à la célèbre spécialité culinaire de la cité des Aclots, et ce jusqu'à la fin du mois de décembre. Le sympathique concours gounlimited de la SNCB, organisé cet été, proposait en effet aux internautes de renommer à leur guise le nom de la gare de leur choix. Ainsi, "Tarte-al-Djote" en Wallonie et "Neuzekesland" (pays des cuberdons) en Flandre (Gand) ont obtenu cet amusant privilège.

Frustration
Or, dans le Hainaut, les résultats laissent un goût amer. À la vue du classement final de popularité surtout. En consultant la liste des lauréats, on s'aperçoit en effet que les propositions "Carolofornie" (327 voix) et "Leuze-Angeles" (259 voix) ont largement dominé les débats. C'est pourtant la suggestion nivelloise qui a remporté les faveurs du jury avec... 22 voix (voir ci-contre) soit 42 de moins que le... dixième du concours. 

"Injustice"
"L'injustice" a poussé certains internautes du Pays noir à interpeller la SNCB sur les réseaux sociaux (voir sous l'article), dont Carolofornie, un site web qui relaie les plus belles photos Instagram de Charleroi. Le choix du nom relève de l'hommage d'une jeune internaute (Clarisse Géhu) à l'initiative carolo mais le site n'est en rien impliqué dans l'opération. En bons défenseurs de leur région, les administrateurs s'indignent toutefois de la non-sélection de leur admiratrice malgré une "victoire" incontestable.  

Réaction de la SNCB
La SNCB a rapidement réagi au commentaire Facebook et a clarifié sa position. Le règlement de la SNCB précise en effet que la société "se réserve le droit de former un jury afin de sélectionner une participation/ création" à l'issue du concours et insiste donc sur l'aspect irréprochable de la démarche. Mais au vu de l'écart des chiffres, les Carolos sont bien en droit de se poser des questions sur la légitimité d'une telle décision...

Plein écran
© Capture d'écran
  1. Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.