Des images très personnelles se sont retrouvées sur le net. Pire, des sites vous permettent en quelques minutes de devenir le "parfait petit pirate".
Plein écran
Des images très personnelles se sont retrouvées sur le net. Pire, des sites vous permettent en quelques minutes de devenir le "parfait petit pirate".

Des millions de caméras privées accessibles sur le net

Une faille du système de sécurité de caméras de surveillance privées a permis à des millions d'internautes d'en prendre le contrôle.

C'est un retour de manivelle dont ce serait bien passé la société TRENDnet, spécialisée dans les caméras de surveillance pour particuliers. Un défaut dans le logiciel interne des caméras a permis à tout internaute d'avoir accès aux caméras de surveillance du monde entier censées sécuriser des maisons de particuliers, des bureaux, des hôpitaux ou encore des cafétarias. Et ce, depuis un an.

Le 10 janvier 2012, un membre du blog Console Boy signalait la faille, avant d'être relayé par d'autres internautes et plusieurs médias spécialisés. L'information est remontée jusqu'à TRENDnet, qui s'est empressé d'alerter ses clients enregistrés de mettre à jour le logiciel défaillant. Hélas, de nombreux clients non enregistrés -pour protéger leur vie privée- n'ont pas été informés. Pour les contraindre à se manifester, TRENDnet les a cartographiés et géolocalisés; carte interactive libre d'accès.

Plein écran

Pire, le compte Twitter de Trendnet regroupait plus de 300 adresses IP non protégées de webcam, facilitant la manipulation. L'internaute pouvait rentrer l'adresse IP de la caméra dans son navigateur pour accéder à la vidéo en direct.

De la sorte, ils pouvaient observer les images en direct provenant d'une boutique électronique, d'un homme qui regarde la télé, de la salle d'opération d'un vétérinaire, d'un bébé dans son berceau et bien d'autres encore.

Si, à ce jour, aucune conséquence directe, à l'exception d'un voyeurisme mal placé, n'a été recensée, le Figaro révèle que certains sites pourraient éveiller l'appétit d'esprits malveillants. Par exemple, grâce à Shodan, un moteur de recherche qui recense les appareils connectés à internet. Par un simple mot-clé, quiconque peut accéder à une liste de caméras TRENDnet et à leur localisation. À l'heure d'écrire ces lignes, Shodan était indisponible.

Plein écran