Plein écran
Tim Cook a laissé la parole à Phil Schiller (photo), le directeur du marketing, pour présenter l'iPhone 4S. © reuters

Et voici l'iPhone... 4S

Plein écran
© afp
Plein écran
Fini le col roulé de Steve Jobs. Place à la chemise foncée de Tim Cook. © getty
Plein écran
Pour les dix ans de son baladeur numérique, Apple a présenté une toute nouvelle gamme d'iPod. À la surprise générale. © ap
Plein écran
Le nouvel iPod Nano a vu sa navigation améliorée ainsi que l'affichage qui pourra désormais être personnalisé. © ap

Comme le laissaient supposer les dernières rumeurs, Apple a présenté l'iPhone 4S. Et non le 5 comme beaucoup en rêvaient. Le téléphone, au design identique, dispose d'un processeur plus puissant et d'un appareil boosté à 8 millions de pixels. Petite surprise toutefois: la présentation d'une nouvelle gamme d'iPod. Insuffisant cependant pour atténuer la déception générale qui s'est immédiatement répercutée sur l'action en bourse du groupe.

Pour sa première "Keynote", Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête d'Apple, risque de laisser une impression amère aux observateurs qui rêvaient déjà de découvrir l'iPhone 5. S'il a imprimé son style, tout en sobriété (fini le col roulé, place à la chemise), Tim Cook ne pourra pas éviter les frustrations du public qui risquent d'être nombreuses, après avoir dévoilé une version améliorée de l'iPhone 4, dont la sortie date de juin 2010, dont Phil Schiller, le directeur marketing, s'est chargé de présenter.

Graphisme et capteurs plus puissants
La déception passée, penchons-nous sur les "plus" de cet iPhone 4S. Rayon design, aucun changement. À première vue. L'interface et l'écran restent identiques à la première version. Plus généralement, l'iPhone 4S fonctionne avec une nouvelle version du système d'exploitation d'Apple pour ses appareils portables, iOS5, qui fonctionnera aussi avec les baladeurs iPod (voir plus bas) et les tablettes iPad. Niveau navigation, le 4S se limitera à exploiter le réseau 3G+ et pourrait, en théorie, télécharger jusqu'à 14.4 Mbps. Comme attendu, l'appareil photo et caméra ont été revus. Le capteur est présenté comme plus sensible et plus réactif. L'appareil photo est boosté à 8 millions de pixels tandis que la vidéo atteint 1080p.

Siri, la fonction qui nous répond
Mais la vraie évolution de cet iPhone/iOS (car il y en quand même une), elle se nomme Siri et est présentée comme un "simple" (comme elle se définit) assistant intelligent contrôlé par la voix, destinée "à causer la perte humaine" (brr, ça fait froid dans le dos). Plus qu'une reconnaissance vocale, Siri sera en mesure de comprendre le langage naturel et de répondre, comme il a été démontré lors de la présentation, à une question relative à la météo ("quel temps fait-il?") et à la tenue vestimentaire à porter ("Dois-je prendre un imper" - Oui, il va sans doute pleuvoir). Mais Siri ne se limite pas à ça, puisque l'on pourra désormais dicter un sms, un mail, encoder un rendez-vous, chercher un itinéraire ou encore trouver un centre d'intérêt à proximité du lieu où l'on se trouve.

L'iPhone 4S serait, sans que nous puissions le confirmer, disponible en Belgique à partir du 14 octobre prochain, même s'il vous sera possible de le précommander en ligne dès le 07 octobre. Quant à son prix? Il devrait (comme la machine, en somme) pratiquement rester identique à son prédécesseur, à savoir 529 euros pour la version 16 Go, 640 pour le 32 Go et 720 pour le 64.

iPod s'offre un lifting pour ses dix ans
Pour ceux qui cherchaient de la nouveauté, c'est du côté de l'iPod qu'ils vont la trouver. Pour fêter les dix ans de commercialisation de son baladeur vendu à 300 millions d'exemplaires dans le monde, Apple a dévoilé une toute nouvelle gamme d'iPod Nano. Nouvelles icônes, navigation améliorée, il sera également capable d'intégrer la puce Nike + (exit le bluetooth). Une évolution qui sera accueillie avec joie par les joggeurs, notamment. L'iPod Touch quant à lui intègre les nouvelles fonctionnalités d'iOS 5 et sera disponible en deux coloris: noir ou blanc. Mieux, sa capacité est portée à 64 Go. Si cela ne reste qu'une pure spéculation, les nouveaux iPod seront quant à eux disponibles dès le 12 octobre.

La musique dans les nuages
Enfin, Cook est revenu sur iCloud, le fameux système de stockage de données en ligne. L'accès à tout ses documents (fichiers, MP3, etc) sera optimisé et il sera désormais possible d'effectuer une sauvegarde de son iPhone sans passer par iTunes. Les cinq premiers giga seront gratuits, mais il en coûtera 100 dollars par an pour augmenter la capacité à 50 Go. Enfin, Apple optimise l'écoute musicale en ligne en scannant votre bibliothèque de MP3 (même illégaux) et upgradera la chanson par un titre de bonne qualité accessible en streaming depuis iCloud (à la façon de Spotify que l'on espère bientôt disponible en Belgique).

Apple risque certainement d'essuyer certaine critique après avoir entretenu le mystère pour ne finalement présenter qu'une copie améliorée de son dernier iPhone. Une déception justifiée, tant les utilisateurs s'attendaient à découvrir l'iPhone 5 un an et demi après la sortie de son prédécesseur. Au lieu de ça, ils ont eu droit à quelques mise à jour et à Siri, une fonctionnalité sur laquelle l'entreprise californienne mise beaucoup. On doute que cela puisse atténuer la déception générale, qui s'est tout de suite traduite par une chute de l'action en bourse qui tombait de 3,23% à 362,51 dollars vers 19h50 GMT (21h50, heure belge). On aurait souhaité meilleure entrée en matière pour Tim Cook, dont la première apparition après avoir succédé à Steve Jobs, ne sera pas marquée d'une pierre blanche. Google et Samsung, qui présenteront le 11 octobre le Nexus Prime, doivent se frotter les mains.

LS, correspondant à Los Angeles.

  1. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.