Plein écran
© AFP

Facebook: un site équipé du bouton "J'aime" doit désormais mieux informer ses clients

Un site de commerce en ligne équipé du bouton "J'aime" de Facebook doit désormais informer ses clients qu'il partage leurs données personnelles avec le groupe américain et doit leur demander leur consentement, a jugé lundi la justice européenne.

La Cour de justice de l'UE (CJUE) a affirmé dans son arrêt que ces sites web étaient conjointement responsables avec le géant américain de la collecte et de la transmission de données personnelles de leurs clients.

Données personnelles

La Cour avait été saisie par la justice allemande en 2016. L'Association de consommateurs de Rhénanie du Nord Westphalie (ouest de l'Allemagne) reprochait au site de vente en ligne de vêtements Fashion ID, propriété du groupe Peek & Cloppenburg, d'avoir transmis à Facebook des données personnelles de ses clients sans leur consentement.

L’arrêt de la CJUE

Saisi du litige, le tribunal de Dusseldorf (ouest de l'Allemagne) avait demandé son avis à la CJUE, basée à Luxembourg. La Cour a précisé dans son arrêt que le site n'était en revanche pas responsable du traitement ultérieur de ces données par Facebook.

Bitkom, fédération allemande représentant des entreprises du net, a critiqué cet arrêt, estimant qu'il accablait les sites web d'une énorme responsabilité et allait augmenter la bureaucratie.

  1. La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinformation

    La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinforma­ti­on

    La RTBF a réactivé jeudi matin sa plateforme Faky, six semaines après le lancement avorté de cet outil qui vise à lutter contre la désinformation. "La version 2 de Faky se veut plus lisible pour l'utilisateur tout en gardant le même objectif: renforcer l'esprit critique de chacun face à la masse d'information qui circule", souligne le média de service public. "L'outil n'a pas vocation d'agir comme un juge mais d'apporter une aide à l'internaute dans l'évaluation de la fiabilité du contenu qu'il consulte", insiste-t-il en réponse aux critiques contre la première version.