Plein écran

Facebook va-t-il poursuivre Mark Zuckerberg en justice?

Suite à des menaces judiciaires de Facebook, un entrepreneur israélien du nom de Rotem Guez a changé d'état civil le 7 décembre dernier pour prendre le nom de Mark Zuckerberg.

A l'origine de ce changement de nom, un conflit qui oppose Facebook et l'entreprise Like Store, fondée en janvier par Rotem Guez, 32 ans. Son but: revendre des "likes" afin de dynamiser l'audience de ses clients sur le site de socialisation, sauf que la pratique est contraire au règlement établi par Facebook.

Dans un premier temps, Facebook ferme le profil de Rotem Guez, un acte qu'il qualifie de "hacking", tout en reconnaissant que si son entreprise enfreint le règlement de Facebook, elle n'est pas la seule. Il reçoit dans la foulée un courrier de Facebook l'enjoignant de cesser ses activités sur le site et de ne plus chercher à accéder au réseau.

C'est alors que Rotem Guez change officiellement de nom et ouvre la page "I'm Mark Zuckerberg", pied de nez à Facebook et son fondateur. La réponse du site ne tarde pas: "Si vous ignorez cette lettre et si vous continuez votre conduite actuelle inacceptable, Facebook prendra les mesures qu'il estime nécessaires pour faire respecter ses droits, maintenir la qualité de son site, et protéger la vie privée de ses utilisateurs et de l'information".

En changeant de nom, Rotem Guez-alias Mark Zuckerberg espère bien éviter un procès. Car Facebook qui attaquerait Mark Zuckerberg en justice, voilà qui ferait désordre. En attendant les suites de la bataille juridique, la page "I'm Mark Zuckerberg" existe toujours, de même que l'entreprise controversée Like Store. L'homme d'affaires a également créé un site expliquant son combat contre Facebook et baptisé Mark Zuckerberg Official. Il fallait oser. Dans la bataille qui oppose le pot de terre au pot de fer, pas sûr cependant que Rotem Guez en sorte vainqueur. (vt)