Plein écran
© getty

Files d'attente pour l'iPhone 6 au Japon

Certains ont attendu deux semaines devant une boutique Apple Store de Tokyo pour être sûrs d'être les premiers à prendre possession vendredi matin du nouvel iPhone 6 d'Apple, une arme avec laquelle les opérateurs locaux se livrent une bagarre sans merci.

Plein écran
© epa

"Enfin", a déclaré un peu avant 8H00 locales (jeudi 23H00 GMT) Tetsuya Tamura, un quadragénaire vêtu d'un T-Shirt noir portant l'inscription "en vente aujourd'hui". Lui et son fils patientaient devant le magasin depuis le 6 septembre quand les vendeurs les ont accueillis à bras ouverts et sous les applaudissements.

M. Tamura avait déjà en poche une contrefaçon d'iPhone 6, "made in China", achetée sur internet, mais il voulait un vrai. Une file d'attente composée de près d'une centaine de personnes s'étendait derrière lui.

Devant le magasin de l'opérateur SoftBank, à quelques dizaines de mètres de là, il n'y avait pas foule, juste une quinzaine de chalands. "Ceux-là tentent leur chance mais nous ne pouvons pas leur promettre que nous aurons assez d'exemplaires car beaucoup de clients ont par ailleurs réservé et ne sont pas venus à la première heure", a expliqué à un des vendeurs de l'enseigne.

Parfois moins cher que gratuit
Les opérateurs japonais sont tant à l'affût des clients qu'ils n'hésitent pas à leur offrir l'iPhone 6. "0 yen", disent les publicités.

Mieux, ce smartphone vedette devient parfois moins cher que gratuit. En effet, chacun des trois opérateurs NTT Docomo, SoftBank Mobile et KDDI, rachète les anciens modèles d'iPhone et de certains autres types de smartphones à un prix qui peut atteindre plus de 300 euros, donnés sous forme de réduction sur l'abonnement au client qui quitte un concurrent à leur profit.