Nicolas Baldeck
Plein écran
Nicolas Baldeck © Nicolas Baldeck

Il piège le salon des nouvelles technologies avec une... patate connectée

Un faux canular mais une vraie réflexion sur le bien-fondé du “tout connecté”... 

Un inventeur originaire de Grenoble a réussi à obtenir un stand au CES de Las Vegas, l’un des plus prestigieux salons consacrés aux nouvelles technologies. Nicolas Baldeck y a présenté avec le plus grand sérieux sa pomme de terre connectée, relate France Bleu. S’il ne s’agit pas d’un canular à proprement parler, la démarche relève avant tout de la performance artistique tant l’objectif est d’alimenter, par l’absurde, la réflexion sur le “tout connecté”, cette tendance à vouloir doter chaque objet du quotidien d’une puce électronique. 

Le produit fonctionne mais... 

L’entrepreneur insiste, le produit fonctionne bel et bien. La carte électronique, dotée de deux électrodes, tire en effet son énergie du tubercule et le dispositif peut être connecté via Bluetooth à un téléphone portable. Sauf que... cela ne sert strictement à rien. Comme il le démontre dans son clip de présentation loufoque, il est possible de poser des questions à la pomme de terre par l’intermédiaire d’un assistant vocal. Les réponses préenregistrées sont sélectionnées en fonction de l’intensité du courant électrique. 

Pastiche du discours hi-tech

Nicolas Baldeck s’est amusé à reprendre le discours habituel du milieu: “Deux mille milliards de pommes de terre sont produites chaque année. Si nous équipons 0,01% d’entre elles avec Potato, nous pourrions dépasser la capitalisation boursière d’Apple en quelques années”, défend-il, dans un rigoureux exercice de pastiche entrepreneurial made in Silicon Valley. Il a d’ailleurs poussé l’effort jusqu’à lancer un appel au financement participatif et à publier à l’attention des journalistes un dossier de presse aux photos pour le moins... peu convaincantes