Plein écran
© getty

Importante faille de sécurité sur les appareils Apple

Le groupe informatique Apple a découvert une faille informatique que les experts jugent importante et qui peut affecter tous ses types d'appareils, le téléphone iPhone et la tablette iPad comme les ordinateurs Mac.

Apple a sorti vendredi soir une mise à jour de sécurité pour iOS 7, la dernière version de son système d'exploitation mobile iOS , pour mettre fin à cette brèche dans la sécurité. La mise à jour (iOS 7.0.6) est téléchargeable sur les iPhone 4 et suivants, l'iPad 2 et les modèles plus récents, ainsi que le baladeur iPod Touch (5e génération).

Un porte-parole du groupe a dit lundi à l'AFP que le groupe était "conscient" que la faille touchait aussi son système d'exploitation pour les ordinateurs Mac, OS X. "Nous sommes conscients de ce problème et avons une mise à jour de réparation qui sera publiée très bientôt", a-t-il dit.

Dans la fiche accompagnant la mise à jour mobile, Apple indique qu'"un attaquant ayant une position privilégiée dans un réseau peut capturer ou modifier des données" lors de connexions qui étaient censées être protégées.

Sans donner trop de détails "pour ne pas faciliter la vie des pirates", la société de sécurité Crowdstrike explique sur un blog que cela permet à un pirate, s'il est connecté au même réseau que sa victime, de tromper les systèmes de vérification et d'intercepter l'intégralité des communications avec un service en ligne, comme une messagerie par exemple.

  1. La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinformation

    La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinforma­ti­on

    La RTBF a réactivé jeudi matin sa plateforme Faky, six semaines après le lancement avorté de cet outil qui vise à lutter contre la désinformation. "La version 2 de Faky se veut plus lisible pour l'utilisateur tout en gardant le même objectif: renforcer l'esprit critique de chacun face à la masse d'information qui circule", souligne le média de service public. "L'outil n'a pas vocation d'agir comme un juge mais d'apporter une aide à l'internaute dans l'évaluation de la fiabilité du contenu qu'il consulte", insiste-t-il en réponse aux critiques contre la première version.