Plein écran
© REUTERS

L’espionnage sur Instagram, c'est terminé

Le réseau social dédié à l’image a décidé de supprimer son onglet “Abonnements” qui permettait de connaître en toute discrétion l'activité numérique des personnes suivies. En d’autres termes, c'est la fin du “stalking” sur Instagram.

Dans le langage numérique, le stalking (de l’anglais to stalk: “traquer”) consiste à chercher toutes les traces laissées par une personne sur la Toile, du profil et des photos publiées sur Facebook jusqu’au CV en ligne et les messages postés sur un forum afin de récolter le maximum d’informations sur elle. 

Sur Instagram, un onglet accessible via la page dédiée aux activités permettait aux utilisateurs d’en espionner d’autres en toute discrétion. Cet onglet “Abonnements” affichait en effet les moindres faits et gestes des personnes que l’on suit sur le réseau: likes, commentaires, nouveaux abonnements, etc...

A l’origine, le but de cette page “Abonnements” était d’inciter les utilisateurs à découvrir de nouveaux contenus grâce à leurs abonnés. Mais elle s'est vite transformée en repère pour les stalkers. 

Officiellement, cette rubrique est supprimée car elle était très peu utilisée et peu connue des utilisateurs, a justifié Vishal Shah, chef de produit chez Instagram, au site BuzzFeed News. Cela dit, on imagine que le réseau social, propriété de Facebook, s’est rendu compte que la vie privée des utilisateurs était quelque peu mise à mal.

Les likes bientôt supprimés?

“Les gens ne se rendaient pas toujours compte que leur activité en ligne était affichée de cette façon”, a avoué  Vishal Shah. Selon lui, “la fonction n’était pas forcément utilisée pour ce qu’elle devait être, tout en affichant l’activité de gens qui ne s’y attendaient pas vraiment.”

Réseau social le plus en vogue, Instagram part à la chasse aux comportements nuisibles. La suppression de cet onglet propice à l'espionnage entre clairement dans cette stratégie. Rappelons aussi qu’Instagram songe à supprimer le nombre de likes qui apparaissent sous chaque publication partagée sur son réseau.  Des test sont d’ailleurs menés dans certains pays. Stopper la course aux likes et favoriser du contenu de qualité, voici le nouveau credo d’Instagram, au grand dam des millions de pseudo-influenceurs(euses) inscrit(e)s sur ce réseau.

Plein écran
L'onglet "Abonnements" n'est plus accessible chez de nombreux utilisateurs. © 7sur7
  1. Facebook a supprimé 5,4 milliards de faux comptes en 2019

    Facebook a supprimé 5,4 milliards de faux comptes en 2019

    Facebook a affirmé mercredi avoir supprimé 5,4 milliards de faux comptes d'utilisateurs depuis le début de l'année, contre 2,1 milliards l'année dernière à la même période. Dans son rapport bi-annuel sur la transparence, le géant des réseaux sociaux explique avoir "amélioré ses capacités à détecter et bloquer" les créations de comptes "faux ou abusifs" au point d'empêcher des millions de tentatives tous les jours.