Plein écran

L'extrême-droite tente de recruter des ados via des jeux en ligne

Plein écran

L'extrême-droite tente de recruter des enfants et adolescents via des jeux vidéo sur internet, indique la RTBF dans son journal télévisé du soir.

De nombreux enfants s'adonnent au jeu vidéo "Battlefield 2" sur internet, l'un des jeux les plus connus qui projette le joueur dans un univers guerrier. L'une des équipes de joueurs créée sur internet dispose de son propre serveur IDF qui est la façade d'un groupe néonazi.

Le serveur IDF n'a rien à voir avec les concepteurs du jeu, mais, via Battlefield, les néonazis invitent les joueurs à rejoindre les sections locales de leur mouvement. Le programme laisse clairement comprendre qu'il s'agit de l'extrême-droite.

"C'est l'extrême-droite de l'extrême-droite, si je puis dire. Le terme identitaire est un terme utilisé par ces organisations pour camoufler notamment leurs liens avec le mouvement néonazi historique. Ce sont des jeunesses pures et dures, radicales et qui préconisent un système d'apartheid, c'est-à-dire de séparation des races. Ce sont des organisations qui préparent leurs militants à la guerre ethnique à venir", explique Manuel Abramowicz, de l'Observatoire de l'extrême-droite.

Via IDF, des liens mènent par exemple vers le mouvement extrémiste "Nation" implanté à Charleroi. A Lille, un groupe identitaire milite même pour l'indépendance de la Flandre. Dans un autre jeu vidéo, on peut se retrouver dans la peau d'un soldat SS. Sur ce forum, certains glorifient même l'Allemagne et les armes nazies. (belga)

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.
  2. Un quartier semi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Un quartier se­mi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Fin décembre de l’année dernière, la Ville de Charleroi s’était accordée pour offrir l’accès à un Wi-Fi urbain gratuit à ses concitoyens et visiteurs. Ce projet qui doit être finalisé cette année a un coût d’environ un million d’euros. Lundi soir, les autorités communales se sont engagées davantage encore sur la voie de la technologie. Leur aspiration est que Charleroi devienne une Smart City à l’horizon 2024 c’est-à-dire une ville où l’utilisation des technologies digitales et de télécommunication est rendue plus efficace pour ses habitants et son business local.