Plein écran

L'industrie du cinéma américain déclare la guerre au streaming

Les syndicats du cinéma américains et les distributeurs de la vidéo ont décidé de s'attaquer au streaming. Les opérateurs français viennent d'être assignés pour bloquer "les sites de streaming et de téléchargement direct illicites".

Si la réaction récente de l'industrie du cinéma sonne comme un vieux refrain, elle semble cette fois décidée à mettre en pièce le streaming.  En cause, la fronde lancée par les syndicats du cinéma et des distributeurs de vidéo américains aux opérateurs français. Google France et Orange ont confirmé à 20minutes la réception d'une telle demande. "Nous avons bien reçu le document d'une centaine de pages, nos juristes sont en train de l'éplucher et nous ne commentons pas pour l'instant", a relaté l'opérateur orange à nos confrères. Un document que tous les autres acteurs (Bouygues, France Télécom ou encore SFR) ont également reçu et par lequel ils sont invités à bloquer des sites comme MegaUplaod ou MegaVideo, deux  services basés à Hong-Kong qui proposent un libre accès illimité aux films et aux séries.

Si l'industrie du cinéma a depuis quelques années entrepris cette chasse aux sorcières et cherche une solution alternative, les sites de ce type n'ont pas pour autant cessé d'exploiter un trafic estimé à 21 milliards de visite par an. En outre, de nombreux cousins ont vu le jour et la possibilité offerte aux utilisateurs d'ajouter des fichiers qui ont précédemment fait l'objet d'une suppression corse la situation. Les Majors pourraient cette fois trouver un appui de taille en la personne du gouvernement français. Ce dernier a depuis quelques semaines fait de la lutte contre le streaming illégal son cheval de bataille. Le Plan France 2012 du ministre de l'économie numérique Eric Besson constitue "une nouvelle phase de la lutte contre le piratage des oeuvres et d'une responsabilisation des acteurs de l'Internet et le déférencement des sites de streaming illégal étaient à l'ordre du jour".

20Minutes rappelle que le Président Sarkozy a estimé mi-novembre que "sur les sites de streaming, l'idéologique du partage, c'est l'idéologie de l'argent: je vole d'un côté, je vends de l'autre", se référant à la pratique faite par MegaUpload qui, pour un montant forfaitaire, autorise un téléchargement illimité d'un contenu illégalement possédé. (LS)