Plein écran
Pour l'Europe, les conversations téléphoniques et visiophoniques sur Skype et d'autres outils de VoIP facilitent la communication des criminels et des trafiquants du grand banditisme. © reuters

La mise sur écoute des conversations Skype pour bientôt?

Les conversations téléphoniques sur Skype pourront-elles bientôt être mises sur écoute pour les besoins d'une enquête? La question fait débat depuis plusieurs années et une requête en ce sens vient d'être à nouveau déposée en France où la filiale de Microsoft est considérée comme opérateur téléphonique.

Un véritable bras de fer est engagé depuis des mois, voire des années, entre Skype, la plate-forme de conversation instantanée de Microsoft, et les autorités européennes. En France, l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), la police des télécommunications, vient de relancer le débat en déposant mercredi une requête auprès du procureur de la République de Paris, après le récent refus de Skype de se déclarer opérateur de communications électroniques, relate Rue89. Une décision en dépit des demandes répétitives de cette autorité.

Pour asseoir sa démarche, l'Arcep brandit un article du code des postes et des communications électroniques: il considère que le service de Skype, permettant aux internautes d'appeler sur des réseaux fixes ou mobiles, est un service téléphonique à part entière. Un statut qui aurait plusieurs conséquences pour Skype. De un, la mise en place d'un appel automatique vers les services d'urgence et surtout, "la mise en oeuvre des moyens nécessaires à la réalisation des interceptions judiciaires". En clair, rendre son dispositif accessible à la mise sur écoute par la police.

"Skype ne remplace pas le téléphone"
Une adaptation technique refusée par la société américaine. "Nous pensons que Skype n'est pas un opérateur de communication au sens de la loi française", a-t-elle répondu sur le site 01net. "Nous allons continuer de travailler (...) pour chercher un accord qui garantisse que Skype puisse toujours être utilisé par les gens comme aujourd'hui, où qu'ils se trouvent. Skype ne remplace pas votre téléphone et ne peut être utilisé pour appeler les services d'urgence".

La question fait débat depuis quelques années au sein de l'Union Européenne. En 2009 déjà, les 27 envisageaient la faisabilité de mettre sur écoute les dispositifs dits "de voix sur IP" (VoIP), partant du principe  que Skype et d'autres outils de VoIP étaient utilisés par des criminels et les trafiquants du grand banditisme. Un fait déjà constaté chez nous par le Comité R qui, en 2009 déjà, prévenait que la technique d'écoute pouvait être contournée via Skype. "Avec le mode de fonctionnement de Skype, il est apparemment impossible de suivre des conversations téléphoniques sans en aviser Skype lui-même", expliquait, à l'époque, le sénateur Paul Wille, membre de la Commission. Aucun cadre légal n'est venu à ce jour autorisé l'écoute légale des conversations via Skype ou tout autre VoIP.

  1. Facebook a supprimé 5,4 milliards de faux comptes en 2019

    Facebook a supprimé 5,4 milliards de faux comptes en 2019

    Facebook a affirmé mercredi avoir supprimé 5,4 milliards de faux comptes d'utilisateurs depuis le début de l'année, contre 2,1 milliards l'année dernière à la même période. Dans son rapport bi-annuel sur la transparence, le géant des réseaux sociaux explique avoir "amélioré ses capacités à détecter et bloquer" les créations de comptes "faux ou abusifs" au point d'empêcher des millions de tentatives tous les jours.