Plein écran
Capture d'écran. © faky.be

La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinformation

La RTBF a réactivé jeudi matin sa plateforme Faky, six semaines après le lancement avorté de cet outil qui vise à lutter contre la désinformation. "La version 2 de Faky se veut plus lisible pour l'utilisateur tout en gardant le même objectif: renforcer l'esprit critique de chacun face à la masse d'information qui circule", souligne le média de service public. "L'outil n'a pas vocation d'agir comme un juge mais d'apporter une aide à l'internaute dans l'évaluation de la fiabilité du contenu qu'il consulte", insiste-t-il en réponse aux critiques contre la première version.

Le 18 octobre dernier, la RTBF avait décidé de suspendre Faky, quelques heures seulement après sa présentation. Plusieurs internautes, principalement des journalistes, s'étaient étonnés des mauvais résultats obtenus par des publications sérieuses alors que certaines fausses informations n'étaient pas détectées.
Dorénavant, un avertissement invite ceux qui testent la fiabilité d'un contenu à rester critiques tandis que l'appréciation de chacun des outils sur lesquels s'appuie la plateforme est détaillée, ce qui permet de mieux en comprendre la portée.

"Les critiques ne nous ont pas découragés mais poussés à revoir nos processus internes dans le développement de projets numériques innovants", selon l'administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot.
"Nous sommes conscients que vouloir faire barrage aux 'fake news' est ambitieux et même, pour certain.e.s, idéaliste. Mais nous voulons mettre un pied dans la porte et ne pas être inactifs.ives face aux acteurs mondiaux présents sur la toile et aux dérives qui font légion. Cela fait partie de notre mission d'éducation aux médias, cette plateforme est amenée à apprendre des retours des utilisateurs et à devenir plus efficace", soutient Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l'information du média public.

Lancé sous forme de site internet (faky.be) et d'application, Faky a été imaginé par les équipes de la RTBF encadrées par l'agence publique Engine, un accélérateur de projets, à destination tant des journalistes que du grand public. Il propose d'analyser des textes au départ de leur lien URL ainsi que des photos qu'il suffit de télécharger. L'utilisateur peut aussi lui soumettre un mot-clé afin de consulter des articles de fact-checking qui s'y rapportent.

Faky s’appuie sur divers outils

L'analyse de Faky s'appuie sur les données du Décodex et le travail journalistique des Décodeurs, deux outils développés par le quotidien français Le Monde. Faky recourt aussi à l'intelligence artificielle, avec le "Détecteur de désinformation" conçu par la société Sopra Steria pour la RTBF ainsi que Textgain, spin-off de l'Université d'Anvers qui évalue le degré de subjectivité d'un texte, et Neutral News, plateforme imaginée par trois étudiants ingénieurs pour déceler les informations manipulées.

Les articles de fact-checking repris proviennent du site de la RTBF et des rubriques "Vrai ou fake" de France Info, "À vrai dire" de TV5 Monde, "Fausses nouvelles" de Radio Canada, et du travail de "Les observateurs" de France 24 et des "Décodeurs" du journal Le Monde. 

"L'objectif reste de convaincre d'autres médias qui proposent des articles de fact-checking de rejoindre la plateforme pour la faire grandir", précise la RTBF.