Plein écran
© reuters

La Russie exige le blocage de la messagerie Telegram

UpdateLe régulateur russe des télécommunications a saisi vendredi la justice pour demander le blocage de la messagerie Telegram, qui a refusé de fournir aux services de sécurité russes (FSB) ses clés de cryptage permettant de lire les messages des utilisateurs.

Plein écran
© anp
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap

Dans un communiqué, l'agence de régulation Roskomnadzor a indiqué avoir lancé une procédure auprès d'un tribunal de Moscou pour demander de "limiter l'accès" à Telegram, messagerie fondée par le russe Pavel Dourov et réputée pour offrir un haut niveau de confidentialité. Le 20 mars, cette autorité avait donné 15 jours à Telegram pour fournir ses clés de cryptage.

Telegram "défendra la liberté"
"Les menaces de bloquer Telegram s'il ne fournit pas les données personnelles de ses utilisateurs n'auront pas de résultats. Telegram défendra la liberté et la confidentialité", avait alors réagi sur Twitter Pavel Dourov. L'avocat de la messagerie, Pavel Tchikov, avait de son côté expliqué sur son compte Telegram que les exigences des autorités étaient "inapplicables" du point de vue technique en raison justement du système très complexe de cryptage, selon lequel la messagerie n'a elle-même pas accès à certaines communications.

Condamnation en Russie
Mi-octobre, la justice russe avait condamné Telegram à une amende de 800.000 roubles (18.000 euros) pour avoir refusé de coopérer avec le FSB. M. Dourov, qui a quitté la Russie en 2014 en invoquant des tensions avec les autorités, avait alors dénoncé une violation, selon lui, de la Constitution russe qui protège le droit au secret de la correspondance.

Précédent
La messagerie avait déjà échappé à un blocage en juin après avoir accepté de fournir au régulateur russe des informations pour être intégrée au registre des diffuseurs d'information, ce qu'elle refusait auparavant. Telegram est connue pour offrir un niveau élevé de confidentialité et son utilisation par les mouvements jihadistes a régulièrement suscité la polémique ces dernières années.

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.
  2. Un quartier semi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Un quartier se­mi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Fin décembre de l’année dernière, la Ville de Charleroi s’était accordée pour offrir l’accès à un Wi-Fi urbain gratuit à ses concitoyens et visiteurs. Ce projet qui doit être finalisé cette année a un coût d’environ un million d’euros. Lundi soir, les autorités communales se sont engagées davantage encore sur la voie de la technologie. Leur aspiration est que Charleroi devienne une Smart City à l’horizon 2024 c’est-à-dire une ville où l’utilisation des technologies digitales et de télécommunication est rendue plus efficace pour ses habitants et son business local.