Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images/iStockphoto

Les Belges passent 5h par jour sur le net: 4 astuces pour réussir une détox digitale

Vous passez une bonne partie de votre temps sur votre téléphone? Vous êtes accro à Netflix? Vous consultez vos mails tous les quarts d’heure? Si vous vous reconnaissez dans ces situations, il est peut-être temps de faire une détox digitale!

Selon l’enquête “Les Belges et le digital”, réalisée par We are social/HootSuite en janvier 2019, les Belges passent en moyenne cinq heures sur Internet par jour, dont 1h43 sur leur smartphone. Ils consultent ce dernier 34 fois par jour et, selon l’enquête “State of the smart”, réalisée par Deloitte, les étudiants le consultent jusqu’à 70 fois par jour. Un sur quatre le fait également la nuit.

Aujourd’hui, les effets néfastes de la surconsommation d’écrans sont connus: troubles de la concentration, du sommeil et de la vision, anxiété, stress ou dépression, pour n’en citer que quelques-uns. Mais comment se détacher de ces écrans? De plus en plus, ceux et celles qui l’ont essayée, prônent les bénéfices de la détox digitale.

Les bénéfices d’une vie sans écrans, ou presque

Lâcher ses écrans, pour quelques heures ou plus, peut déjà apporter des améliorations notables. Pas de risques de se faire déranger par le téléphone, on peut se consacrer à 100% à son activité du moment. Lecture, jeux de société, activités d’extérieur, sport ou cuisine, sont des moments qui permettent de se reconnecter à soi, et aux autres, d’une manière plus saine qu’à travers les réseaux sociaux. Voici quatre astuces à mettre en place pour commencer, en douceur, une détox digitale.

1. Comprendre son comportement et se fixer des objectifs

Comprendre pourquoi on est accro aux écrans, et essayer d’estimer le temps que l’on passe avec eux, est la première chose à faire avant de planifier une détox. Quels sont les écrans les plus utilisés? À quelle période de la journée ou de la semaine? Et pourquoi les utilise-t-on autant? Après avoir répondu à ces trois questions, on peut alors se fixer des objectifs à la hauteur des engagements que l’on sera capable de tenir. Quelques heures, quelques jours, voire quelques semaines, ces objectifs sont différents pour chacun et peuvent être progressifs.

2. Choisir le moment adéquat

Lors des jours de semaine, les écrans sont indispensables pour la majorité d’entre nous. Il s’agit donc de choisir une période de la journée, une journée complète ou une semaine, où l’on sera libéré de nos obligations pour faire une première détox. Couper son téléphone à partir de 19h et résister à l’appel de la télévision peuvent constituer des premiers pas. L’idéal est, ensuite, de pouvoir instaurer une routine quotidienne et de s’encourager à passer les prochains caps. D’une soirée à une journée, d’une journée à une semaine, l’entraînement porte ses fruits!

3. Prévenir ses proches

Pour éviter de se stresser, et d’inquiéter les autres, l’idéal est de prévenir les personnes qui pourraient éventuellement avoir besoin de vous contacter. La famille et les amis, les collègues si besoin, sauront que l’on n’est pas disponible et, qui sait, cela fera peut-être des adeptes.

4. Tout planquer et tout débrancher

Moins les tentations sont présentes, mieux cela se passe. Le téléphone est rangé dans un tiroir, l’ordinateur aussi, et on peut même, au besoin, déconnecter le wifi et la télévision. On en profite pour se planifier des activités intéressantes, faire du sport, lire ou passer du temps avec ses proches. Et une fois la détox terminée, on note les effets positifs et les améliorations à retenir pour la prochaine fois!