Plein écran
Uber offre actuellement en Californie la possibilité à certains chauffeurs de fixer eux-mêmes les prix de leurs courses. © AFP

Les chauffeurs Uber pourront-ils bientôt fixer leurs propres tarifs?

Uber offre actuellement en Californie la possibilité à certains chauffeurs de fixer eux-mêmes les prix de leurs courses. Un test mené à l’échelle locale qui pourrait éventuellement se généraliser un peu partout dans le monde si l'expérience s’avère concluante.

Cette semaine, certains chauffeurs opérant pour la société de VTC américaine ont la possibilité d’adapter à leur guise les prix de leurs trajets réalisés au départ des aéroports de Sacramento, Palm Springs et Santa Barbara, rapporte le Wall Street Journal. L’information a été confirmée par Uber au quotidien économique.

Ainsi, les conducteurs auront le loisir de fixer un prix jusqu’à 10 fois supérieur, ou inférieur, à celui évalué automatiquement par la plateforme en fonction des kilomètres parcourus et du temps de trajet. Ces modifications ne pourront se faire que par tranche de 10%.

Éviter à tout prix de salarier les travailleurs

Cette stratégie, qui risque de créer une féroce compétition entre les chauffeurs, est censée répondre à une nouvelle réglementation en vigueur en Californie qui rend l’emploi des non salariés plus difficile. Cette loi exige des entreprises qu’elles traitent les travailleurs comme des employés - ayant donc droit à des congés maladie ainsi qu’à une multitude d’autres avantages - plutôt que comme des entrepreneurs indépendants ou micro-entrepreneurs s’ils sont contrôlés par leur employeur et contribuent aux activités de l’entreprise. Cela permet à l’entreprise de se désintéresser des questions sociales et de réglementation du travail.

L’idée d’Uber consiste donc à rendre ses chauffeurs encore plus flexibles et indépendants afin d’éviter d’être forcé à changer leur statut. Une technique qui pourrait bien se généraliser un peu partout dans le secteur de l'économie collaborative, dont les acteurs principaux rechignent à salarier celles et ceux qui travaillent pour eux.

  1. Amazon ouvre son premier grand supermarché sans caisse

    Amazon ouvre son premier grand supermar­ché sans caisse

    Le groupe Amazon a inauguré mardi à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis) son premier grand supermarché sans caisse. Il recourt à la même technologie que celle utilisée jusqu'ici dans de plus petites surfaces, les supérettes Amazon Go. Les responsables du magasin peuvent contrôler la quantité exacte des marchandises emportées à l'aide de caméras, de logiciels, de capteurs et du smartphone du client. Celui-ci quitte simplement le magasin sans passage à la caisse et recevra sa note de façon numérique.
  2. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.