Plein écran
© ap

Microsoft sort une mise à jour de Windows 8

Le groupe informatique américain Microsoft a sorti mercredi une mise à jour de la dernière version de son système d'exploitation, Windows 8.1, qui réintroduit notamment un bouton "démarrer" réclamé par beaucoup d'utilisateurs.

La mise à jour peut être téléchargée gratuitement dans la boutique en ligne Windows Store par les utilisateurs de la version Windows 8, et sera commercialisée à partir de vendredi en DVD et sur les nouveaux appareils électroniques de toute une série de marques.

"Windows 8.1 démontre notre engagement à améliorer continuellement le produit pour enrichir l'utilisation des consommateurs", a commenté Brandon Leblanc, un responsable marketing de Microsoft, sur le blog officiel du groupe.

Pour certains analystes, cette mise à jour est une réaction à l'adoption de la version précédente, jugée trop lente par les consommateurs de Windows 8, qui avait été lancée fin octobre 2012 et était censée réinventer le logiciel vedette de Microsoft pour l'adapter aux appareils mobiles, sur lesquels le groupe s'est fait distancer par Apple et Google (Android).

Le traditionnel menu "démarrer" avait en particulier été supprimé et remplacé par un écran d'accueil à gros boutons, adapté aux écrans tactiles des tablettes et des smartphones. Cette mesure était symbolique, mais très critiquée par de nombreux fidèles de Windows.

Outre la crise actuelle sur le marché des PC, cannibalisé par l'essor des tablettes informatiques, Microsoft est confronté selon certains analystes à une offre insuffisante de bons produits hybrides à écran tactile, à mi-chemin entre tablette et ordinateur, pour lesquels Windows 8 a été plus particulièrement conçu.

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.
  2. Un quartier semi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Un quartier se­mi-virtuel va voir le jour à Charleroi

    Fin décembre de l’année dernière, la Ville de Charleroi s’était accordée pour offrir l’accès à un Wi-Fi urbain gratuit à ses concitoyens et visiteurs. Ce projet qui doit être finalisé cette année a un coût d’environ un million d’euros. Lundi soir, les autorités communales se sont engagées davantage encore sur la voie de la technologie. Leur aspiration est que Charleroi devienne une Smart City à l’horizon 2024 c’est-à-dire une ville où l’utilisation des technologies digitales et de télécommunication est rendue plus efficace pour ses habitants et son business local.