Plein écran
Illustration © EPA

Pas de 5G à Bruxelles sans maîtrise du contrôle des émissions

Le ministre bruxellois de l'Environnement Alain Maron (Ecolo) n'entend nullement se précipiter dans la voie du déploiement de la technologie 5G, faute de maîtrise, pour le moment, de la mesure et du contrôle de ses émissions, a-t-il indiqué mercredi. 

Interpellé à ce propos par la cheffe du groupe N-VA Cieltje Van Achter - laquelle a déploré un manque d'ambition du gouvernement bruxellois dans ce dossier, il a ajouté qu'en l'absence de gouvernement fédéral, aucune licence 5G ne pouvait être vendue.

Sous la précédente législature, un protocole d'accord avait été signé par la Région avec les opérateurs en vue de modifier la norme de 6Volts par mètre à 14.5 V/m en extérieur et 9V/m en intérieur. Ce projet de norme restait largement inférieur aux normes de l'OMS qui sont à 40.5 V/m.

À l'époque, la ministre de l'environnement Céline Fremault (cdH) avait souligné que la concrétisation du déploiement butait sur un problème de mesure des ondes 5G qui n'est pas le même que pour les technologies 2, 3, et 4G, a rappelé Alain Maron, qui lui a succédé.

"Le développement de la 5G est effectivement stratégique pour l'économie et le développement de notre Région mais ce développement de la 5G ne pourra aucunement se faire au détriment de la santé des habitants bruxellois... Jusqu'aux dernières nouvelles, ni Bruxelles-Environnement, ni les opérateurs n'étaient en capacité de mesurer de manière objective la 5G. Je souhaite d'abord avoir toutes les garanties sanitaires de la norme et du contrôle de cette norme avant toute action", a insisté le ministre Ecolo. 

Plein écran
Alain Maron © Photo News
  1. Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.