Plein écran
© getty

Pourquoi ne peut-on plus marcher sans "checker" son téléphone?

Selon une enquête récente, le nombre de piétons qui se baladent en ville les yeux rivés sur leur écran de smartphone est en constante augmentation. Ce phénomène des "smombies" inquiète les experts.

Les "smombies" (SMartphone + zOMBIE) déambulent dans l'espace urbain sans se soucier de leur environnement immédiat. Ils traversent les rues sans respecter les précautions d'usage. Ils ne rélèvent plus la tête, trop captivés par leur navigation mobile ou immergés dans leur playlist, le casque sur les oreilles. 

Selon une étude de Ford, menée en France, 65 % des piétons reconnaissent consulter leur téléphone en marchant sur le trottoir ou en traversant un passage clouté. Ils n'étaient qu'à peine plus de 50 % en 2015. La tendance grimpe jusqu'à 91% chez les 18 - 24 ans. 

Selon Pierre Massot, psychopraticien et auteur du livre "Être parent à l'heure des écrans", "boîte à outils pour faire face à l'hyperconnexion des jeunes", l'explication de ce phénomène tient en deux mots: le plaisir et la peur.

La peur de l'ennui
"Nos comportements sont régis par un moteur à réaction émotionnelle très binaire. Nous sommes tirés par le plaisir et poussés par la peur. Le smartphone est l'outil parfait, toujours disponible, pour combattre la peur de l'ennui, tout en procurant un certain plaisir de distraction", confie-t-il au Parisien

Cerveau capturé
"Nous avons habitué notre cerveau à ne jamais se reposer. Et les applications pour smartphones font tout pour nous garder dans cet état. Elles nous hameçonnent et nous incitent à y revenir sans cesse. Par peur de manquer un message important ou la dernière photo postée sur Instagram, on reste collé à l'écran même quand on est dans une situation qui ne le permet pas vraiment, en marchant ou en conduisant par exemple", note-t-il.

Dans son ouvrage, l'expert fournit des conseils pour se désintoxiquer. Il gère également un site consacré à ce mal moderne, utile pour dresser un "diagnostic" de l'addiction et tenter de décrocher.

Plein écran
© getty
  1. Facebook a supprimé 5,4 milliards de faux comptes en 2019

    Facebook a supprimé 5,4 milliards de faux comptes en 2019

    Facebook a affirmé mercredi avoir supprimé 5,4 milliards de faux comptes d'utilisateurs depuis le début de l'année, contre 2,1 milliards l'année dernière à la même période. Dans son rapport bi-annuel sur la transparence, le géant des réseaux sociaux explique avoir "amélioré ses capacités à détecter et bloquer" les créations de comptes "faux ou abusifs" au point d'empêcher des millions de tentatives tous les jours.