Photo d'illustration.
Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images/iStockphoto

Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.

  1. Surfer en Belgique : quelle est la vitesse de notre internet ? Et où nous situons-nous par rapport à nos pays voisins ?
    Montelco

    Surfer en Belgique : quelle est la vitesse de notre internet ? Et où nous situons-nous par rapport à nos pays voisins ?

    Sauf en cas de problème, la vitesse de l’internet est assez rapide en Belgique. C’est en tout cas le sentiment général. Mais est-ce vraiment le cas ? Avons-nous vraiment de bonnes vitesses internet en Belgique ? Où nous situons-nous par rapport à nos pays voisins ? Et où trouver l’abonnement internet avec la vitesse de téléchargement la plus élevée ? MonTelco.be a mené l’enquête.
  2. Comment un faux compte certifié a fait perdre 16 milliards de dollars à une entreprise pharmaceutique

    Comment un faux compte certifié a fait perdre 16 milliards de dollars à une entreprise pharmaceu­ti­que

    Il n’a pas fallu attendre longtemps avant de découvrir les premières dérives de la monétisation des badges certifiés sur Twitter. C’est la société Eli Lilly qui en a fait les frais la première. Le groupe pharmaceutique américain a perdu 16 milliards de dollars (15,5 milliards d’euros) en quelques heures à peine, à cause du tweet d’un faux compte “officiel”.
  3. À la recherche d’un emploi? De nombreux postes à pourvoir dans le secteur de la cybersécurité

    À la recherche d’un emploi? De nombreux postes à pourvoir dans le secteur de la cybersécu­rité

    Agoria a présenté mercredi les résultats de son étude sur le secteur de la cybersécurité en Belgique, une première en la matière. Dans ses conclusions, la fédération de l’industrie technologique pointe notamment la nécessité de recruter pour faire face aux menaces futures et combler les 4.000 postes vacants pour des personnes ayant des connaissances en cybersécurité - dont 1.205 dans le secteur même -, mais aussi d’informer et sensibiliser les entreprises et les citoyens tout en préparant mieux les professionnels aux menaces à venir.