Plein écran
© AFP

Samsung lance son smartphone pliable en septembre

Le géant sud-coréen Samsung Electronics a annoncé jeudi que son nouveau modèle de smartphone pliable serait disponible en septembre après un lancement retardé par des problèmes d'écran.

Cette annonce survient dans un contexte de brouille entre Séoul et Tokyo qui menace d'après les analystes le marché mondial des technologies. Le Japon vient en effet d'imposer des restrictions sur les exportations en Corée du Sud de produits chimiques essentiels à la fabrication des puces et écrans de smartphones qui sont vendus entre autres par le leader mondial Samsung.

Les spécialistes jugent que le déploiement de la 5G, l'internet mobile ultra-rapide, pourrait être perturbé par ces mesures, de même que celui des écrans pliables futuristes comme le Galaxy Fold de Samsung. Tadashi Uno, analyste HS Markit, souligne que Samsung a besoin pour son téléphone d'un produit fabriqué par le japonais Sumitomo Chemica.

Samsung avait prévu initialement de lancer le Fold en avril mais des journalistes chargés de le tester avaient fait état de graves problèmes d'écrans brisés.
Le géant sud-coréen a déclaré jeudi que l'engin avait été "amélioré", ajoutant qu'il menait les "derniers tests produit" afin que le smartphone puisse être mis en vente en septembre.

Samsung a passé près de huit ans à mettre au point ce modèle dans un effort pour relancer la demande et raviver un secteur à la recherche d'innovation. Les restrictions mises en oeuvre par Tokyo découlent d'une querelle ancienne sur le travail forcé auquel ont été soumis les Coréens par le colonisateur japonais pendant la Seconde guerre mondiale.

Plein écran
© REUTERS
  1. La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinformation

    La RTBF réactive sa plateforme Faky, outil de lutte contre la désinforma­ti­on

    La RTBF a réactivé jeudi matin sa plateforme Faky, six semaines après le lancement avorté de cet outil qui vise à lutter contre la désinformation. "La version 2 de Faky se veut plus lisible pour l'utilisateur tout en gardant le même objectif: renforcer l'esprit critique de chacun face à la masse d'information qui circule", souligne le média de service public. "L'outil n'a pas vocation d'agir comme un juge mais d'apporter une aide à l'internaute dans l'évaluation de la fiabilité du contenu qu'il consulte", insiste-t-il en réponse aux critiques contre la première version.