Plein écran
© Twitter Ceara Lynch

Son métier? Cyber dominatrice, et ça lui rapporte gros

Depuis douze ans, Ceara Lynch exploite les fantasmes les plus bizarres d'hommes à travers le monde. Une profession très lucrative qui ne nécessite qu'une caméra ainsi qu'une connexion internet.

L'activité de Ceara Lynch lui permet de vivre aisément.
Plein écran
L'activité de Ceara Lynch lui permet de vivre aisément. © Twitter Ceara Lynch

De tous les métiers liés à l'industrie du sexe, celui exercé par Ceara Lynch est peut-être l'un des plus étranges.

En tant que "cyber dominatrice", la jeune femme originaire de Portland dans l'Oregon opère exclusivement sur le web et affirme n'avoir jamais rencontré aucun client ou même jamais retiré aucun vêtement.

Humiliation verbale
Ici, pas question de donjon, de chaînes ou de menottes. Lynch utilise la séduction visuelle conjuguée à l'humilation verbale pour dominer ses clients. "Je crée des vidéos, je fais des live webcam et je vends des articles usés", précise-t-elle au site news.com.au. Elle révèle que les hommes la paient pour la regarder dépenser leur argent et plus incroyable encore, lui demandent de les faire chanter au moyen de photos compromettantes. "Cela peut sembler complètement dingue, mais ce n'est en réalité qu'une forme d'échange de pouvoir comme d'autres".

Echange d'étudiants
Ceara Lynch raconte ses débuts dans la profession alors qu'elle était au Japon dans le cadre d'un programme d'échange d'étudiants. L'adolescente de 17 ans à l'époque vivait dans une famille d'accueil au sein de laquelle personne ne parlait anglais et passait donc beaucoup de temps sur Internet. Un jour, elle y rencontre un individu qui s'avère être un pervers total. "J'étais bien sûr dégoûtée mais à la fois intriguée. J'ai continué la conversation puisque il ne pouvait rien me faire en discutant en ligne", précise Ceara. "Il tenait vraiment à ce que l'on se rencontre et que l'on joue à des jeux sexuels de domination. Il a finalement accepté mes refus mais m'a proposé 250$ pour m'acheter une bouteille de mon urine et quelques sous-vêtements sales", raconte encore la jeune femme.

C'est ainsi que Ceara Lynch est entrée dans le monde de la cyber domination, se demandant s'il existait d'autres hommes de ce genre à travers le monde.

D'une adolescente curieuse, Ceara Lynch est devenue l'une des plus célèbres cyber dominatrices.
Plein écran
D'une adolescente curieuse, Ceara Lynch est devenue l'une des plus célèbres cyber dominatrices. © Twitter Ceara Lynch
Plein écran
© Twitter Ceara Lynch

Un marché juteux
D'une adolescente curieuse, Ceara Lynch est devenue l'une des plus célèbres cyber dominatrices, développant même un culte au sein de l'industrie du sexe. Outre ses séances en live, Lynch a développé tout un commerce de fluides corporels, s'apercevant qu'il y avait de l'argent à se faire dans ce marché de niche.

Domination financière
Ceara Lynch avoue que bon nombre de ses clients aiment ce qu'elle appelle la "domination financière". En d'autres termes, ils éprouvent du plaisir à donner leur argent à une femme dominante. "Ces hommes se sentent faibles par rapport aux femmes dominantes et sont excités en les regardant vider leur compte en banque", explique Lynch.

"10 000$ en moins d'une heure"
L'un de ses souvenirs les plus mémorables reste selon elle une séance en duo avec une autre fille. "Un homme nous a donné les données de sa carte de crédit et nous avons ainsi dépensé plus de 10 000 dollars en moins d'une heure. 10 000 dollars dilapidés en sacs de luxe que je revendais de toute manière plus tard", précise-t-elle. "En fait, il aimait l'idée que des filles, style "Paris Hilton", se foutent de lui et dépensent tout son argent."

Chantage volontaire
De nombreux clients aiment aussi être soumis au chantage, selon leur propre volonté. Selon Lynch, ils sont excités à l'idée d'être "forcés" de leur envoyer de l'argent. "Par exemple, ils me donnent les coordonnées de leur femme ainsi que des photos humiliantes d'eux portant leurs sous-vêtements, ou me confessent des secrets sexuels embarrassants. A partir de là, le client souhaite que je lui demande de l'argent sinon quoi je dévoilerai leurs secrets", confesse la jeune femme.

Plein écran
© Twitter Ceara Lynch
Plein écran
© Twitter Ceara Lynch

Si Ceara Lynch ne pense pas que son métier soit supérieur aux autres de l'industrie du sexe, elle se considère cependant comme étant "chanceuse" puisque elle s'expose moins au risque physique car elle ne rencontre pas ses clients en personne.

Fascination
Par ailleurs, la cyber dominatrice affirme recevoir des réactions en majorité positives lorsqu'elle dévoile son activité. "Les gens trouvent cela fascinant", ajoute-t-elle même.

Un secret qu'elle n'a pas pu cacher bien longtemps à ses parents, mis en lumière par ses revenus bien supérieurs à ce qu'elle aurait dû gagner en tant que serveuse chez Starbucks, son job initial. Si la jeune fille a connu quelques difficultés avec sa mère, son père s'est quant à lui montré beaucoup plus compréhensif: "Il est gay, il a donc déjà un mode de vie un peu différent et est plus ouvert", explique Lynch.

Ceara Lynch est fière d'avoir réussi dans la vie et gère son argent intelligemment. "J'ai investi dans l'immobilier, remboursé ma dette d'étudiant et je voyage à travers le monde régulièrement. J'ai réussi ma vie en saisissant cette opportunité et je ne crois pas qu'on puisse me le reprocher", explique-t-elle non sans fierté.

Créativité et psychologie
La jeune femme conclut en expliquant ce qui lui plait dans son activité si particulière: "L'aspect créatif ainsi que la psychologie que cela comporte. Et bien entendu, l'argent que cela rapporte."

Plein écran
© Twitter Ceara Lynch