Plein écran
Le jeu "Plague Inc." connaît un nouveau regain de popularité. © Ndemic Creations

Un jeu vidéo sur une épidémie explose ses ventes grâce au coronavirus

Le jeu vidéo “Plague Inc.”,  dans lequel les joueurs doivent faire évoluer et répandre des maladies à l’échelle mondiale, a connu un pic de popularité ces derniers jours. La raison? L’apparition du nouveau coronavirus en Chine.

Alors que la Chine fait face à un nouveau coronavirus, qui affiche un bilan dépassant désormais 100 morts avec plus de 4.500 personnes contaminées au total, d’autres tentent de comprendre comment une maladie peut se répandre à travers le monde en jouant.

Huit ans après son lancement, le jeu “Plague Inc.” est devenu l’application payante la plus téléchargée sur l’App Store en Chine, mais également en Belgique et un peu partout dans le monde. L’objectif de ce jeu est simple: faire muter une souche virale afin de la rendre la plus contagieuse et dangereuse possible et d'éradiquer la population mondiale. 

Si le concept peut sembler assez morbide, le jeu n’en reste pas moins intéressant stratégiquement parlant. Il a également plusieurs fois été récompensé par des organisations médicales pour son caractère informatif.

Face à ce pic de popularité, les créateurs de “Plague Inc.” ont tenu à rappeler aux utilisateurs que, bien qu'il soit réaliste, il ne s’agit là que d'un jeu. “Nous avons créé ce jeu spécifiquement pour qu’il soit réaliste et informatif sans pour autant surfer sur les problèmes très sérieux du monde réel. (...) N’oubliez pas que Plague Inc. est un jeu, pas un modèle scientifique, et que l’épidémie actuelle de coronavirus est une situation très réelle qui touche un très grand nombre de personnes”, peut-on lire sur le site de la société.

Besoin de comprendre

Ce regain d'intérêt pour le jeu n’est cependant pas une surprise pour son créateur, James Vaughan. “Chaque fois qu’il y a une épidémie, le nombre de joueurs augmente, car les gens cherchent à en savoir plus sur la façon dont les maladies se propagent et à comprendre les complexités des épidémies virales”, explique-t-il dans le communiqué. 

L’application avait ainsi connu un pic d’activité durant l’épidémie d’Ebola en Afrique en 2014, et un an plus tard avec l’apparition du virus Zika en Amérique du Sud. 

Ndemic Creations invite les joueurs préoccupés par le coronavirus à consulter le site de l’Organisation mondiale de la santé afin de connaître les dernières informations officielles concernant la maladie.

Plein écran
© Getty Images
  1. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.