Plein écran
L'application est disponible sur iOs et Android. © byte

Vine est de retour sous un nouveau nom

Le successeur de Vine est arrivé. Le cofondateur de l’application disparue en 2016 a sorti “byte", une plateforme vidéo similaire à TikTok sur laquelle les utilisateurs peuvent télécharger des clips de six secondes, pas plus. L’application est disponible sur iOS et Android depuis le 24 janvier.

“byte” (avec un b minuscule) permet de publier des vidéos de 6 secondes qui tournent en boucle. Ce concept vous rappelle quelque chose? C’est normal. L’application a été créée par Dom Hofmann, l’un des cofondateurs de feu Vine, la plateforme qui avait été abandonnée en 2016 à cause d’une “concurrence trop forte”.

Les vidéos peuvent être classées sous des rubriques telles que la comédie, les jeux et le fitness, et d’autres utilisateurs peuvent les “rebyter” et ainsi les partager à leur communauté. 

Le défi pour “byte” sera toutefois de convaincre les adeptes de TikTok, une application déjà bien installée sur le créneau des mini-vidéos, et extrêmement populaire auprès des adolescents. “byte” compte cependant mettre en place un système de rémunération pour les créateurs populaires de la plateforme. Un atout qui permettra peut-être d’attirer un plus large public. 

Malgré un concept réchauffé, “byte” s’est hissée au sommet du classement des applications gratuites sur l’App Store américain vendredi, a déclaré Randy Nelson de la société de recherche Sensor Tower. Elle est également la première application iOS gratuite au Canada et se classe dans le top 10 en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Norvège et au Royaume-Uni. Sur le Play Store d’Android, “byte” est la sixième application gratuite la plus téléchargée aux États-Unis.

  1. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.