Plein écran
© Capture d'écran

WhatsApp détrône le SMS

Selon certains analystes, l'application de messagerie instantanée WhatsApp aurait déjà doublé le SMS traditionnel en volume de messages...

La bataille fait rage dans le secteur de la messagerie instantanée tant les concurrents se bousculent au portillon. Viber, WeChat, Skype, Line, BBM et une foule d'outsiders, l'offre abonde sur les boutiques d'applications iOS, Android et Windows Phone. L'une des premières, WhatsApp, semble tirer profit de son avantage et les statistiques spécialisées confirment la thèse d'un changement irrévocable des habitudes en matière de communication mobile. Or, ce passage de témoin aurait déjà eu lieu selon certains observateurs.

En effet, selon les chiffres avancés par les analystes du cabinet Informa publiés en avril dernier et relayés par le magazine Clubic, la moyenne de messages échangée entre utilisateurs alternatifs en 2013 s'élève à 32,6 par jour contre 5 SMS pour la "méthode traditionnelle", soit six fois plus.

Seule différence, les adeptes du SMS demeurent toujours beaucoup plus nombreux que la clientèle alternative. On les estime en effet à 3,5 milliards contre 586,3 millions pour les diverses applications.

Le PDG de WhatsApp a annoncé au mois de juin dernier avoir atteint un nouveau record, relaie Clubic, de 27 milliards de messages en 24h. Or, selon les statistiques d'Informa, 17,6 milliards de SMS seraient échangés chaque jour...

La grande transition aurait donc déjà eu lieu et ils ne sont pas les seuls à le prétendre (voir ci-dessous)...

  1. Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.