Plein écran
© Capture d'écran

"Cantons rédimés": la RTBF choque les Cantons de l'Est

VideoLe présentateur du JT de la RTBF François de Brigode a involontairement choqué la communauté germanophone de Belgique par l'utilisation d'une expression désuète et aujourd'hui jugée insultante dans les Cantons de l'Est...

Le présentateur de la RTBF s'est excusé auprès des habitants de l'Est du pays d'avoir eu recours à une expression d'un autre âge lors du JT de 19H30. En effet, alors qu'il s'entretenait avec son correspondant régional à Raeren sur un sujet consacré aux intempéries, François de Brigode a répété deux fois "cantons rédimés" et reçu dans la foulée quelques courriels indignés. 

Excuses
"Je présente toutes mes excuses. J'ai fait une erreur: je n'aurais pas dû dire ce que j'ai dit. C'est une vieille émanation de mes cours d'histoire. Un vocabulaire particulièrement mal employé", a-t-il par la suite confié, embarrassé. 

Pourquoi ne dit-on plus "cantons rédimés"?
Autrefois d'usage dans les écoles du Royaume, l'expression désignait les cantons de Saint-Vith, Eupen et Malmedy restitués à la Belgique à l'issue de la Première Guerre mondiale. Rassemblés au château de Versailles le 28 juin 1919, les alliés obligèrent en effet l'Allemagne à signer le traité du même nom, soit une dislocation de son empire et de ses possessions coloniales. Réannexés par l'Allemagne nazie en 1940, les cantons redeviendront définitivement belges à la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

Dites Belgique de l'Est
S'ils sont aujourd'hui davantage connus sous l'appellation (bien qu'imprécise) de "Communauté germanophone" ou encore Ostbelgien/Belgique de l'Est, les Cantons de l'Est ont regretté pendant longtemps le maintien de la vieille expression francophone. Et pour cause, "rédimer" relève du vocabulaire religieux et désigne le salut, le rachat des péchés, autrement dit la "rédemption". Une connotation vexatoire pour la population et qui ne correspond en rien aux vicissitudes de son histoire troublée.

Cantons de l'Est
Les Cantons de l'Est, (85.862 habitants dont 16.901 francophones) regroupent 11 communes depuis la fusion de 1977. Ce sont toutes des communes à facilités. Eupen, La Calamine, Lontzen, Raeren, Amblève, Bullange, Butgenbach, Burg-Reuland et Saint-Vith sont de langue allemande et composent la Communauté germanophone/Belgique de l'Est. Malmedy et Waimes jouissent en revanche d'un régime francophone avec facilités pour les germanophones.