Plein écran
Charline Vanhoenacker © DR

Charline Vanhoenacker dézingue “On n’est pas couché” et Thierry Ardisson

La chroniqueuse de France Inter a répondu sans langue de bois à des questions sur le paysage audiovisuel français.

Charline Vanhoenacker ne pense pas que du bien des médias français. Depuis dix ans qu’elle vit dans l’Hexagone, la Belge a bien eu le temps de se faire un avis tranché sur la question. Et de comparer avec la Belgique. Première constatation: “Je suis toujours hallucinée qu’on déroule le tapis rouge à l’extrême droite. En Wallonie, elle n’est jamais sur les plateaux. Les médias sont responsables de la banalisation des idées de Marine Le Pen”, regrette-t-elle dans un entretien accordé à Le Parisien.

Dans la ligne de mire de Charline Vanhoenacker, certaines émissions comme “On n’est pas couché”. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas prête d’être une chroniqueuse de Laurent Ruquier. “Jouer les procureurs, non merci. On se fiche de l’avis de Yann Moix sur l’album de Kendji Girac, non? Laurent Ruquier est très symptomatique de la télé à la française”, critique-t-elle.

“Ces deux émissions n’existeraient pas en Belgique”

Avant de sortir la sulfateuse pour “Les Terriens” et Thierry Ardisson. “Moi, je suis ravie que ça s’arrête car c’était très putassier. Il n’y a pas une semaine où on ne s’est pas moqué d’Alex Vizorek”, poursuit la chroniqueuse.

“Ces deux émissions n’existeraient pas en Belgique. Chez nous, les politiques ne vont pas dans les émissions de divertissement car leur personnalité importe moins que leurs idées. Pourtant c’est intéressant de confronter l’avis des artistes sur la société avec celui des politiques. Hélas, ces confrontations sont surtout utilisées pour le buzz et l’invective que pour alimenter le débat”, conclut-elle. De quoi se faire quelques ennemis...