Plein écran
© photo_news

Deceuninck: "Mon salaire n'a pas été revalorisé"

Benjamin Deceuninck était à deux doigts de rejoindre Belgacom cet été. Finalement, le discours de Michel Lecomte lui a fait comprendre qu'il était bien loti à la RTBF. Et plus question de penser à un départ à l'heure actuelle.

C'est dans Sport/Foot Magazine que Benjamin Deceuninck s'est exprimé sur les dernières semaines agitées qu'il a vécues. Après avoir flirté avec Belgacom, il est toujours à la RTBF et aura même de nouvelles responsabilités dans l'émission La Tribune.

"La co-présentation avec Michel Lecomte était déjà dans l'air depuis la saison dernière", précise-t-il. "J'avais l'impression d'avoir fait le tour de la question sur mon perchoir. Je n'ai aucun souci. Je reste et ma motivation est intacte. Elle est même plus importante qu'avant."

Ex-futur numéro 2 de Belgacom
Pourtant, il n'aura pas fallu grand-chose pour que le journaliste aille voir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs. "Mon rêve a toujours été de commenter des grands matches. La RTBF m'a permis de réaliser de superbes projets, comme la présentation de grands événements. Mais j'ai 35 ans et quand une chaîne comme Belgacom arrive et te dit que tu vas être le numéro 2 du service sport, que tu vas travailler sur la Liga et la Champions League, c'est difficile de résister. De plus, j'avais l'opportunité de rejoindre mon ami Marc Delire. Je me suis dit: fonce! D'ailleurs, je ne suis pas allé trouver ma hiérarchie car je ne voulais pas entrer dans le jeu de la surenchère. Au final, je me suis rendu compte que j'avais besoin de sécurité. A Belgacom, l'offre foot évolue et je peux me retrouver sans rien dans quelques années."

Les compensations financières évoquées dans la presse n'ont en tout cas pas lieu d'être, si l'on en croît Deceuninck. "Il ne faut pas croire que Belgacom paie deux ou trois mieux que la RTBF! Le salaire n'a pas été déterminant dans mon choix."