"Jacqueline Sauvage, c'est moi"

VideoMuriel Robin dans le rôle de sa vie, bientôt sur TF1.

Quand Yves Rénier lui a proposé le rôle de Jacqueline Sauvage, Muriel Robin n'a pas réfléchi une seconde, elle a dit oui. "Je lui ai dit: Jacqueline Sauvage, c'est moi! Ça n'est pas passé par mon cerveau, mais par mes tripes. Un rôle comme ça se présente une fois dans une vie", confie l'actrice de 63 ans à Paris Match.

Une histoire qui nous concerne toutes
Longtemps délaissée par le cinéma, elle sera la star de ce téléfilm sur TF1 le 1er octobre. "Comment ne pas être touchée par l'histoire d'une femme qui a été battue par son mari pendant quarante-sept ans et qui apprend, un jour, que celui-ci a violé ses filles? Cent cinquante femmes meurent chaque année sous les coups de leur conjoint. Qui en connaît? C'est toujours caché, secret. Mais cette histoire nous concerne toutes. On a toutes été, à un moment ou à un autre, maltraitées dans une relation", explique encore Muriel.

Relation toxique
Elle a aussi connu une relation abusive. "Je n'ai jamais reçu de coups. La violence peut aussi être verbale. Pendant plus de dix ans, j'ai été dans une histoire d'amitié très nocive. Le jour où j'en ai pris conscience, j'ai tout arrêté. Pour ne pas se retrouver seule, on est prête à accepter n'importe quoi. Je sais ce que c'est d'être une victime. Les hommes savent très bien quand ils s'adressent à une femme qui n'a pas une grande estime d'elle-même. Ce qui a longtemps été mon cas."

Des bleus partout
Dans un entretien avec le JDD, Muriel Robin a raconté ce tournage éprouvant, aux côtés de celui qui incarne le bourreau de Jacqueline Sauvage dans le film, Olivier Marchal. "Il me secouait, me tirait du lit, me balançait dans les escaliers. J'avais des bleus partout! Ces mots humiliants, ces regards, ça pue, ça vous colle. Il y avait des silences lourds sur le plateau, des larmes parfois. Chacun pensait: nous, on le joue une fois pour de faux, mais pendant ce temps, des femmes vivent cela tous les jours."


Plein écran
© photo_news
Plein écran
© afp