Plein écran
Jade et Fabienne ont quitté la course samedi soir. © RTL-TVI

Jade et Fabienne (Pékin Express): “Cette aventure m’a prouvé que ma fille est une guerrière”

L’aventure Pékin Express s’est arrêtée pour Jade et Fabienne samedi soir. Après son départ du jeu d’aventure, le duo mère-fille a accepté de se confier en exclusivité à 7sur7. Entre meilleurs souvenirs et anecdotes inédites, elles nous ont tout dit. 

Qu’est-ce qui vous a poussées à participer à Pékin Express?

Jade: C’est parti d'un délire avec une amie de maman. On était chez elles un soir et elle avait insisté pour regarder Pékin Express chez elle alors qu’on était dehors à profiter du barbecue. Du coup on a voulu voir la suite, moi je me suis prise au jeu aussi et je me suis dit que ça serait sympa de s’inscrire. Je l’ai fait, et nous voilà.

Quel est votre meilleur souvenir de l’aventure?

Fabienne: C’est d’avoir pu partager cette aventure avec ma fille. C’est assez extraordinaire. Sinon mes plus beaux souvenirs, ce sont les rencontres. Ces gens qui nous accueillent, qui nous ouvrent leur porte, nous donnent leur cœur, qui n'ont pas grand-chose et qui nous offrent tout. Pour moi, c’est ce qu'il y a de plus marquant dans cette aventure.
Jade: Pour moi aussi, ce sont les rencontres avec les locaux et la rencontre des autres binômes. 

Est-ce que vous avez une anecdote à raconter que les téléspectateurs n’ont pas vue à l’écran?

Jade: Lors de la dernière soirée, celle qu'on a vue hier à la télévision où maman jouait avec une petite fille sur le dos, le père m’a offert un cadeau. Il est pêcheur. Lors de l’une de ses sorties, il a trouvé une très vieille flèche taillée dans du jade guatémaltèque, et il me l’a offerte. C’est un objet très rare et qui a une certaine valeur, alors j’ai refusé, par politesse. Et il m’a dit que c’était un honneur pour lui qu'on soit chez lui, et qu’on découvre sa ville, et qu’il voulait que je ramène avec moi un objet qui venait de chez eux. C'était vraiment un moment magnifique. 

Plein écran
© RTL-TVI

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pendant la course?

Jade et Fabienne: La barque!
Fabienne: Ça a été un supplice. C’était vraiment très difficile. Le réveil à 5 heures du matin pour faire du paddle était aussi rude, mais la pirogue c’était extrêmement compliqué. On n’a pas été les seules à souffrir physiquement et moralement.

On le voit à l’écran, Pékin Express c’est une aventure très physique.

Fabienne: Oui, ça l’est. Je me doutais que ça l'était, mais je n’imaginais pas à ce point-là. Je pensais que le facteur chance avait beaucoup d’importance, notamment avec l’auto-stop, mais pas seulement. Finalement, ça s’avère très physique comme aventure.

Est-ce que vous redoutiez un binôme en particulier?

Jade: Non, pas du tout. Chacun a ses forces et ses faiblesses. Finalement, ce qu’on redoutait le plus,  c’était l’affect qu’on avait pour les autres binômes, et qui rendait certaines décisions difficiles.
Fabienne: C’est une aventure où il y a beaucoup de retournement de situation, donc finalement tout le monde a sa chance. J’avoue que quand je voyais les gros bras des bûcherons, ou ceux du coach Steve, j’avais peur. Mais finalement tout le monde peut gagner, c’est ça qui est extraordinaire dans cette aventure.

L’entente se passait donc bien entre les équipes?

Jade: Oui, ça se passe très bien.
Fabienne: On ne se voit pas beaucoup, parce que la plupart du temps on est sur la route à tout faire pour trouver un moyen de transport. En revanche, on se réjouit toujours quand on voit une équipe passer devant nous. Évidemment, on a un peu la rage parce qu’on se dit: ‘Zut, ils vont arriver avant nous’. Mais on se réjouit quand même du fait qu’ils avancent. En tout cas, Jade et moi on fonctionnait comme ça. 

Pourquoi avoir choisi d’affronter les deux sœurs, Aurélie et Lætitia, lors du duel final?

Jade: Notre premier choix était dirigé sur Fabrice et Briac, mais on n’a pas pu les sélectionner, car ils avaient remporté l’amulette. Ils nous ont d’ailleurs avoué par la suite qu’ils avaient tout fait pour arriver premiers parce qu'ils savaient qu'on risquait de les choisir. Ensuite, on s’est dit qu’on allait affronter les bûcherons car ils seraient plus faciles à battre dans une épreuve de stop. Mais on a changé d’avis, car c’était leur premier voyage, et on aurait très mal vécu de les renvoyer chez eux. Finalement on a choisi les sœurs parce qu’elles nous avaient déjà confié qu’elles n’étaient pas là pour faire dans les sentiments et qu’elles n’hésiteraient pas à éliminer qui que ce soit. 

Vous étiez déjà très proches avant de participer à Pékin Express. Est-ce que l’aventure vous a encore plus rapprochées?

Jade: J’ai coutume de dire que pour se rapprocher on aurait dû se détacher. Comme on était déjà extrêmement fusionnelles, on n’aurait pas pu se rapprocher plus
Fabienne: En revanche, le fait de vivre cette aventure ensemble m’a prouvé que ma fille est telle qu’on le savait avec son père: c’est une guerrière. C’est une fierté de voir que les valeurs qu'on lui a inculquées se voient. 

Quels sont vos projets?

Jade: On vient de rentrer d'un voyage humanitaire au Laos, et on en refera peut-être un l’année prochaine dans un orphelinat au Vietnam. Sinon en télévision, on aimerait bien faire Fort Boyard pour pouvoir encore se dépasser et verser de l’argent à l’association avec laquelle on est parties. Et puis si des castings se présentent pour des télé-films ou des séries, ça m'intéresse, parce que les Asiatiques ne sont pas très présents à l’écran.
Fabienne: Si on m’appelle pour jouer dans une série style “Nos Chers Voisins”, je ne dirais pas non! Ça m’amuserait beaucoup. Mais je n’ai pas plus de prétention que ça.