Plein écran
© RTL TVI

Le gagnant de Top Chef est...

INTERVIEWSamuel est le grand gagnant de cette dixième édition de Top Chef. Éliminé de la compétition en milieu de parcours, le cuisinier a réintégré l'aventure plus motivé que jamais et est parvenu à sortir des plats qui ont convaincu le jury et les cent convives présents lors de la dernière épreuve qui a été tournée au palace Hôtel Royal en janvier dernier. Nous avons recueilli ses impressions quelques jours avant la diffusion de la finale.

La finale de Top Chef aura été un vrai "parcours du combattant" pour Samuel Albert. Après dix heures de travail et quelques couacs en cuisine, il est toutefois parvenu à offrir un menu à son image, inspiré de tous ses voyages. Il avoue ainsi avoir pris un "vrai risque". Habituellement, ce sont les menus traditionnels qui l'emportent. Mais celui qui est depuis des années le chef attitré de l'ambassadeur belge au Japon n'avait pas envie de "trahir sa cuisine". Malgré un résultat serré - 53,08% contre 46,92% des votes - son pari risqué lui aura finalement permis de remporter la victoire... qu'il souhaite toutefois partager avec son grand ami Guillaume, avec qui il avait débuté l'aventure.

Comment avez- vous vécu la finale?
J'étais très heureux de partager cette finale avec Guillaume. Pour nous, il y a deux grands gagnants de Top Chef cette année - on a vraiment gagné ensemble. C'était très serré. On est deux grands copains, on a deux cuisines très différentes donc c'était très difficile de juger. En tout cas, on a tous les deux voulu prendre beaucoup de plaisir et s'amuser dans cette finale plutôt que d'avoir une vraie compétition. 

Quel était votre ressenti au moment de tirer le couteau?
J'étais très stressé. Toute ma famille était derrière moi. Ils étaient tous angoissés, ils voulaient également connaître le résultat. Mais c'était un moment extraordinaire. Ça m'a beaucoup touché d'être entouré de tous mes proches.

Vous avez débuté l'émission dans l'équipe de Michel Sarran avant de passer chez Philippe Etchebest avant les quarts de finale. Comment avez-vous vécu le fait de changer d'équipe?
Je l'ai très bien vécu, pour moi c'était vraiment une chance de travailler avec ces deux chefs-là. J'étais très bien avec le chef Sarran, son accompagnement était vraiment parfait, mais j'avais peut-être besoin d'un coup de boost pour aller encore plus loin et atteindre la finale. Le fait de rejoindre le chef Etchebest a été une vraie chance. C'est vraiment un plus de pouvoir travailler avec deux chefs différents.

Êtes-vous toujours en contact avec les deux chefs?
Oui, on est toujours en contact très régulier avec les chefs et on a vraiment une super relation.



Plein écran
Samuel quelques secondes avant de tirer le couteau de la victoire. © RTL TVI

Quel est le plus beau compliment que vous ayez reçu dans Top Chef?
J'ai un top 3. Le plus beau compliment, c'est celui de Pierre Gagnaire qui a dit que mon assiette était la mieux construite, ou en tout cas la plus belle assiette qu'il ait vu depuis qu'il fait le concours Top Chef. C'est un chef que j'admire énormément, qui a treize étoiles, qui a su s'implanter partout dans le monde et qui a un travail qui correspond beaucoup à ma philosophie, donc pour moi c'était le plus beau compliment qu'on puisse me faire. Le deuxième plus beau compliment vient de Nicolas Sale avec mon plat qu'il aurait pu servir au Ritz. Et enfin Mauro Colagreco, qui a dit que mon plat avait facilement sa place dans le menu de son restaurant, qui est le troisième meilleur restaurant du monde.

Qu'est-ce que l'aventure vous a apporté? 
L'aventure m'a apporté énormément de choses, que ce soit au niveau de ma cuisine, au niveau des rencontres. Humainement, Top Chef c'est une aventure exceptionnelle qu'on vit qu'une seule fois dans une vie et je suis vraiment très heureux d'avoir eu l'opportunité et la chance de participer à cette émission. Elle m'a fait évoluer dans ma cuisine et m'a permis de rencontrer des chefs et des gens extraordinaires.

Quels sont vos projets maintenant que l'émission est terminée?
Pour l'instant je travaille toujours au Japon. C'était impossible pour moi de laisser tomber l'ambassadeur. Je vais l'accompagner jusqu'au bout de son mandat, au mois de juin. Ensuite, j'ai le projet de rentrer chez moi à Angers et de commencer à voler de mes propres ailes en ouvrant mon premier restaurant. J'aimerais un établissement ouvert à tous dans lequel je pourrais partager ma cuisine avec le plus grand nombre.

Plein écran
© RTL TVI