Plein écran
Christine Angot © Capture d'écran Twitter @ONPCofficiel

Le mea culpa de Christine Angot après ses propos sur l’esclavage

Une semaine après avoir osé un étrange parallèle entre la Shoah et l’esclavage, Christine Angot a lu une lettre d’excuses samedi soir dans “On n’est pas couché”.

Clap de fin pour Christine Angot et Charles Consigny. Les deux chroniqueurs sont apparus pour la dernière fois dans “On n’est pas couché” à l’occasion de l’ultime numéro de la saison. L’autrice en a profité pour tenter d’éteindre une polémique survenue après l’émission de la semaine dernière. Elle avait effectivement voulu mettre en lumière “une différence fondamentale“ entre la Shoah et l’esclavage des Noirs.

“Le but avec les juifs pendant la guerre, ça a bien été de les exterminer, de les tuer, et ça introduit une différence fondamentale, alors qu’on veut confondre avec par exemple l’esclavage et l’esclavage des Noirs envoyés aux États-Unis ou ailleurs, et où c’était exactement le contraire. C’est-à-dire l’idée c’était qu’ils soient en pleine forme, en bonne santé pour pouvoir les vendre et pour qu’ils soient commercialisables. Donc non, ce n’est pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes“, avait alors estimé l’autrice.

“Je m’excuse d’avoir échoué”

Des propos qui avaient évidemment provoqué un tollé. Christine Angot a présenté ses excuses samedi soir en lisant une lettre: “Je regrette de ne pas avoir réussi à me faire comprendre dans l’émission du 1er juin et d’avoir blessé par mes propos. Mon intention était à l’opposé. J’ai voulu rapprocher les deux crimes contre l’humanité que sont l’esclavage et la Shoah tout en prenant soin de spécifier la différence fondamentale de méthode dans la déshumanisation”.

Selon elle, “d’un côté, exterminer les personnes, de l’autre, retirer leur humanité pour en faire des objets de commerce qu’on achète et qu’on vend”. Avant de poursuivre son mea culpa. “L’expression en ‘bonne santé’ était évidemment absurde. Je suis bien consciente que de nombreux esclaves ont été estropiés, tués et que les propriétaires exerçaient sur eux un droit de vie et de mort. Je n’ai pas su trouver les mots, je le regrette. Mon travail est de me faire comprendre, je m’excuse d’avoir échoué”, a-t-elle conclu.

Laurent Ruquier a également présenté ses excuses au nom de France Télévisions.