Laurent Ruquier prend la défense de Yann Moix.
Plein écran
Laurent Ruquier prend la défense de Yann Moix. © DR

Les deux chroniqueurs d’ONPC qui ont “déçu” Laurent Ruquier

“On n’est pas couché”, c’est (bientôt) terminé. Le célèbre talk-show du samedi soir ne fera plus partie de la grille de France 2 à partir de la rentrée. Dans un entretien accordé à Télé 2 semaines, Laurent Ruquier jette un coup d’œil dans le rétro, évoque sa “lassitude” et partage ses déceptions. Entre autres. 

Clap de fin. Après 14 ans, “On n’est pas  couché” prendra définitivement congé de ses téléspectateurs au début du mois de  juillet. Annoncée il y a quelques semaines, la disparition de l'émission n'a surpris  personne. L’usure du programme, l’érosion des audiences et la lassitude de Laurent Ruquier étaient de plus en plus marquées au fil des dernières saisons. 

“Cela faisait vingt ans que je travaillais avec la productrice Catherine Barma. Notre duo a bien fonctionné, on s’est beaucoup apporté. Mais aujourd’hui, je ne lui dois plus rien. On n’est pas fâchés, j’ai simplement envie de voir de nouveaux horizons”, entame l’animateur pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à prendre cette décision. 

Laurent Ruquier avoue s'"être super bien entendu avec Léa Salamé" et avoir été "déçu" par Aymeric Caron
Plein écran
Laurent Ruquier avoue s'"être super bien entendu avec Léa Salamé" et avoir été "déçu" par Aymeric Caron © Twitter

“J’ai beaucoup aimé travailler avec Yann Moix”

À l’heure des bilans, il s’enthousiasme pour certaines collaborations. “Je me suis super bien entendu avec Léa Salamé. J’ai aussi beaucoup aimé travailler avec Yann Moix, même si il y a eu cette affaire à la fin qui a embarrassé tout le monde. Au début, Michel Polac a énormément contribué au succès du programme. Et puis, cela va vous paraître étonnant car ça n’a pas été un succès dans l’émission, mais j’adorais Vanessa Burggraf.” 

Sans langue de bois, il pointe également  deux chroniqueurs qui l’ont “déçu”. “J’ai beaucoup défendu Aymeric Caron quand il faisait l’émission. On ne peut pas ensuite cracher dans la soupe comme il l’a fait. Sur ce point, il m’a déçu. Audrey Pulvar parfois également.” 

Il souligne en revanche “la grande élégance” d’Eric Zemmour, “même si je ne partage pas une seule de ses idées et qu’il s’est radicalisé”, précise-t-il.